Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Tour d'Italie : Abandon de Thibaut Pinot. Le cycliste "en observation"à l'hôpital d'Aoste

Thibaut Pinot © FDJ groupama facebook - cliquez sur l'image pour agrandir
"Il est vidé"

Pinot a vécu un calvaire dans le col de Saint-Pantaléon ce samedi 26 mai 2018 sur l'avant-dernière ascension du Giro. Attendu par l'ensemble de ses équipiers, il a pédalé au ralenti sur les 12 kilomètres le séparant du sommet qu'il a franchi 21 minutes après le peloton auquel il appartenait en bas de la montée.

Publicité

 En début de soirée, le Franc-Comtois, déshydraté et fiévreux, a été placé en observation à l'hôpital d'Aoste. 

"L'abandon est inévitable. Il est impossible pour lui, dans son état, de remonter sur le vélo", a déclaré en soirée à l'AFP son directeur sportif Martial Gayant. "Il a été au bout de lui-même, il a dépassé ses limites." 

La perspective du podium, sur lequel aucun coureur n'est monté à l'arrivée du Giro depuis 1990, s'est évanoui très vite, au lendemain de la grande performance de Pinot dans l'étape de Jafferau. Il a rallié l'arrivée avec un retard supérieur à 45 minutes.

Quasiment à l'arrêt à 40 kilomètres de l'arrivée, le Français a essuyé une défaillance monumentale, au lendemain de sa grande performance dans l'étape de Jafferau qui lui avait permis de se relancer après plusieurs journées difficiles.

Le col de Saint-Pantaléon, l'avant-dernière ascension du Giro, est devenu un chemin de croix pour le grimpeur franc-comtois. Attendu par l'ensemble de ses équipiers, il a pédalé au ralenti sur les 12 kilomètres le séparant du sommet qu'il a franchi... 21 minutes après le peloton auquel il appartenait en bas de la montée.

  • "C'est une grosse défaillance, il est vidé", a expliqué son directeur sportif Martial Gayant, aussi surpris que le clan de l'équipe Groupama-FDJ qui entrevoyait un premier podium pour un coureur français à l'arrivée du Giro depuis 1990 (en 2011, John Gadret, initialement 4e, avait bénéficié du déclassement d'Alberto Contador).

"On ne s'attendait pas à ça aujourd'hui même si on savait que l'étape serait difficile à gérer", a ajouté le responsable de l'équipe française bien avant que son leader, exténué et toussant, rallie l'arrivée avec un retard de l'ordre de trois quarts d'heure.

Pour Froome, en revanche, le lendemain de son raid incroyable de 80 kilomètres n'a pas semblé poser de problème particulier. Le Britannique a contrôlé aisément les quatre accélérations de son dauphin, le Néerlandais Tom Dumoulin, le seul susceptible de l'inquiéter encore, dans la montée finale vers Cervinia.

Froome: "La bataille est derrière nous"

Pour marquer un peu plus sa supériorité, le quadruple vainqueur du Tour de France a contré sèchement son rival avant de couper son effort. Il a tenu ensuite à sprinter sur la ligne pour assurer le maillot bleu qui désigne le lauréat du GP de la Montagne.

"Ce n'est pas encore fini mais la bataille est derrière nous", a raconté le Britannique qui a grignoté 6 secondes supplémentaires à Dumoulin. "Quand je pense à ma position (au classement) il y a deux jours... Je rêve!"

"C'est la bataille de ma carrière", a ajouté par la suite Froome qui s'est toutefois déclaré optimiste pour le prochain Tour de France: "J'ai amélioré ma forme au fur et à mesure de la course. Pour cette raison, je pense pouvoir récupérer en vue du Tour et être compétitif."

A condition que le coureur, qui fait l'objet d'une procédure pour un contrôle antidopage "anormal"à la Vuelta puisse courir. Pour l'heure, il n'a plus qu'une étape de plat de 115 kilomètres, à Rome, avant de devenir le premier Britannique (et aussi le premier coureur de l'équipe Sky) à gagner le Tour d'Italie en 101 éditions. Il compte 46 secondes d'avance sur Dumoulin, le vainqueur sortant du Giro.

La dernière étape de montagne a permis au grimpeur colombien Miguel Angel Lopez de déloger Pinot du podium, mais à près de 5 minutes de Froome.

Dans la station située au pied du Cervin, au la victoire d'étape est revenue à Mikel Nieve, lieutenant du Britannique Simon Yates jusqu'à la défaillance du Britannique vendredi. "Je n'aurais pas pu rêver d'un meilleur anniversaire", a réagi le grimpeur espagnol, aujourd'hui âgé de 34 ans.

Le Basque s'est dégagé dans Saint-Pantaléon, à 32 kilomètres de l'arrivée pour remporter son troisième succès dans le Giro, à chaque fois en solo. En 2011, il avait gagné une étape format XXL dans les Dolomites, qui avait duré plus de sept heures.

Damien

Votre météo avec