Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Tramway: pourquoi Besançon a choisi un constructeur espagnol plutôt qu’Alstom ?

© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
© - cliquez sur l'image pour agrandir
DE NOTRE ENVOYE SPECIAL EN ESPAGNE En préférant  le groupe CAF pour construire son futur tramway, l’agglomération du Grand Besançon sert de tête de pont au constructeur espagnol en France. Non sans semer le trouble en Franche-Comté où Alstom fait historiquement partie du paysage.

Publicité

Une délégation de Bisontins a été reçue lundi et mardi dernier au Pays basque espagnol par le constructeur espagnol CAF (Construcciones y auxiliar de ferrocarriles) qui a été choisi il y a quelques mois pour construire les 19 rames du tramway de la capitale régionale dont la mise sur rails est prévue en 2015.

« Vous avez su répondre à la demande de Besançon », a rappelé Jean-Louis Fousseret, maire et président du Grand Besançon, devant le grand patron de CAF, Andres Arizkorreta, dont l’entreprise occupe la cinquième place au classement mondial des constructeurs ferroviaires derrière Bombardier, Alstom, Siemens et Kawasaki.

Des trams adaptés aux villes moyennes

« On a fait un effort pour être sur le marché français, on est très contents. C’est d’une importance capitale pour notre groupe. Tout le monde est conscient que nous ne sommes pas très connus en France. Besançon c’est le premier pas et c’est le plus important. Notre intention, c’est de pénétrer le marché français. », a expliqué le président de CAF. Ce premier contrat dans l’Hexagone a été décroché grâce au positionnement du constructeur espagnol sur le marché des rames plus courtes (24 mètres) que celles jusque-là écoulées dans les grandes villes françaises, notamment par Alstom.

Ce sont désormais des villes plus petites, comme Besançon, qui cherchent à s’équiper mais avec des configurations techniques plus modestes. C’est ainsi qu’Alstom, avec sa proposition de rames à 32 mètres et une offre de prix sensiblement supérieure à celle de l’Espagnol, a été retoqué à la cinquième place de l’appel d’offre derrière CAF, Ansaldo-Breda (Italie), Lohr (France), Stadler (Suisse). Depuis, vraisemblablement poussé par la concurrence, Alstom a décidé de s’aligner sur ce nouveau marché. CAF s’est déjà positionné à Avignon, Lens-Béthune, Aubagne, Nîmes (ligne 2).

Les 152 moteurs pour Ornans ?

Pour autant, Alstom n’est toujours pas exclu de la course pour la fabrication éventuelle des 152 moteurs des rames bisontines puisque le constructeur espagnol sous-traite ce marché. Jean-Louis Fousseret a invité les dirigeants de CAF à prendre langue avec Alstom qui pourrait ainsi faire travailler l’usine d’Ornans dans le Doubs.

« Avec Alstom nous sommes parfois concurrents et des fois partenaires. Il n’y a pas de contraintes techniques pour utiliser les moteurs français. Connaissant le souhait de Besançon, nous avons fait une proposition restée jusque-là sans réponse, mais la porte reste ouverte », a précisé Francis Nakache, directeur de CAF France. Le marché des 152 moteurs est estimé à un million d’euros sur un total de 36 que coûtent les 19 rames.

« Plus ce tram comportera d’éléments fabriqués en France, mieux ce sera », a insisté Jean-Louis Fousseret, estimant que désormais « la balle est dans le camp d’Alstom pour les moteurs ». Le maire de Besançon a été satisfait de constater que CAF tiendra sa promesse de faire monter les rames à Bagnères-de-Bigorre chez CFD, filiale à 100% du constructeur espagnol. 70% des heures consacrées à la fabrication des rames seront ainsi effectuées en France.

La composition de la délégation

Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, président du Grand Besançon

Jean-Claude Roy, vice-président du Grand Besançon, délégué aux transports, déplacements et infrastructure

Nicole Weinman, adjointe au maire de Besançon, déléguée à la voirie, à la circulation et aux grands travaux

Pascal Gudefin, directeur du projet tramway, Grand Besançon

Guy Peinier, directeur général des services techniques, ville de Besançon

Jean-Marc Magda, directeur de cabinet, ville de Besançon

Alexandra Cordier, conseillère technique, ville de Besançon

Florent Serrette, attaché de presse, Grand Besançon

Médias représentés

L’Est Républicain, Le Pays, La Presse Bisontine, Les Echos, La Gazette de Besançon, Le Moniteur, France 3, maCommune.info

redaction

Votre météo avec

Evénements de grand-besancon