Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Un pompier de Besançon réclame sa réintégration

Denis Braye dans sa tente devant la caserne des pompiers ©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
©carvy - cliquez sur l'image pour agrandir
Pour se faire entendre, Denis Braye, 43 ans, campe devant la caserne des pompiers de Besançon. Sergent-chef depuis 2001, il estime avoir été injustement radié par sa hiérarchie qui, elle, estime que son éviction résulte de son seul comportement.

Publicité

 

Le pompier, originaire de Belfort, a décidé de camper devant la caserne jusqu’à l’annulation de sa radiation, sa réintégration et un entretien avec le directeur du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours) qu’il a réclamé à maintes reprises.

 

 

Celui qui a été responsable de la formation de toute la partie aquatique et conduite de véhicules au SDIS du Doubs reconnait avoir connu des déboires personnels qui ont eu, un moment donné, des incidences sur son travail après des plaintes pour harcèlement déposées par sa compagne. Des actions qui n’ont jamais donné lieu à des poursuites.

 

De 2008 à 2007, sa note administrative est passée de 15,7 à 6,8, alors qu’entre les deux appréciations il dit avoir sauvé la vie de deux personnes en mars lors d'un incendie à Besançon. Après une longue période de "harcèlement", sa radiation est intervenue en mars 2011, alors qu’il avait obtenu le soutien de collègues au conseil de discipline.

« On ne voulait plus me voir, mais on ne m’a pas laissé partir. J’ai fait des erreurs à cause d’une femme, mais j’ai payé ma dette », explique Denis Braye devant sa petite tente qu’il a inaugurée dans la nuit de dimanche à lundi. « Je suis très déterminé et décidé à camper indéfiniment ».

Dans un communiqué, la direction du SDIS estime que « pendant plus de deux ans, le sergent-chef Denis Braye a essayé d’échapper à sa sanction et à sa nouvelle affectation en produisant un nombre considérable d’arrêts de travail et en engageant des recours sur toutes les décisions prises par le SDIS ».


« En mars 2011, les deux avis médicaux le déclarant apte à reprendre le travail et son absence volontaire de son poste, malgré les mises en demeure, ont conduit à sa radiation. Aujourd’hui, par des actions spectaculaires, il essaye de se faire passer pour une victime alors même que la radiation du service résulte de son seul comportement », conclut le communiqué.

redaction

Autres faits divers

Votre météo avec

Evénements de DOUBS

Mer, 23 Mai 2018 10h00 - 12h00
MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE BOUCLANS - Bouclans
Jeu, 24 Mai 2018 9h30 - 11h30
Mairie Baume-les-Dames - Baume-les-Dames
Jeu, 24 Mai 2018 10h00 - 12h00
ELIAD PONTARLIER - Pontarlier
Ven, 25 Mai 2018 20h30
Centre culturel de Quingey - Quingey