Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Viande de cheval : plusieurs contrôles dans le Doubs

Christine Juan, contrôleuse (à droite) et Mélanie Sementa, responsable qualité au SUper U l'amitié. DR - cliquez sur l'image pour agrandir
©dr - cliquez sur l'image pour agrandir
DR - cliquez sur l'image pour agrandir
DR - cliquez sur l'image pour agrandir
Vérification

Le Super U de l'amitié à Besançon a reçu, ce vendredi 1er mars, la visite de contrôleurs de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). Objectif : contrôler le remplacement des produits retirés de la vente suite à la découverte de viande de cheval.

Publicité

Jamais les clients n'auront vu pareil spectacle dans les allées de leur supermarché. Ils étaient d'ailleurs intrigués. Au point d'en oublier un instant leur liste de courses pour observer curieusement la cohorte de journalistes -appareils photos et caméras à la main-, qui accompagnait les contrôleurs.

Revêtu de blouses blanches et de charlottes, ce joyeu petit monde a procédé aux vérifications d'usage. C'est Christine Juan, contrôleuse attachée aux services de la DDCSPP du Doubs, qui était chargée de la manoeuvre, aux côtés de la responsable du service qualité du magasin, Mélanie Sementa.

"À chaque fois, tout a été retiré"

Jusqu’ici, 22 établissements ont fait l’objet de contrôles dans le Doubs : 2 hypermarchés, 10 supermarchés, 2 commerces de produits surgelés et 8 supérettes. "Nous avons constaté à chaque fois qu’ils avaient tout retiré, voire même plus que ce qui était demandé. Findus, par exemple, a donné pour consigne de tout remplacer", remarque Christine Juan.

Au Super U de l'amitié, les rayons boucherie, viande et plats cuisinés en libre service ainsi que les surgelés ont été contrôlés. Plusieurs données ont été vérifiées et les numéros de lots de divers produits, parmi lesquels des lasagnes, du hachis parmentier ou de la moussaka de la marque distributeur, ont été relevés. Christine Juan tenait à s'assurer de la bonne tenue de la traçabilité et de la loyauté de l’information donnée au consommateur. Bilan de l’opération : "Tout s’est bien passé, le magasin bénéficie d’un bon affichage."

Pas d'obligation de mention d'origine

Il n'y aurait donc plus d'inquiétude à avoir. Les produits incriminés ont bien été retirés de la vente, parfois détruits, parfois stockés selon la politique des magasins. Certains d'entre eux pourraient même être redistribués à des associations caritatives.

Il faut savoir que jusqu'à présent la mention d'origine est obligatoire seulement pour la viande bovine. "Cette obligation devait être étendue à la volaille, au porc et au caprin en décembre 2014", explique Jean-Yves Charvy, chef du service protection du consommateur et sécurité des aliments à la DDCSPP du Doubs. Tout comme elle n'est pas obligatoire sur les produits transformés.

En attendant, le responsable rappelle que les contrôles ne concernent pas que la grande distribution. Avec 142 000 opérations menées en 2012 en France, tous les maillons de la filière font ainsi l'objet de vérification régulière.

Hannah

Votre météo avec

Evénements de Besançon

Sam, 16 Décembre 2017 15h00 - 17h00
LIBRAIRIE L'INTRANQUILLE PLAZZA - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 17h00
Eglise Adventiste Besançon - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 15h00 - 18h00
TRIVIAL COMPOST - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 19h00
LES PASSAGERS DU ZINC - Besançon
Sam, 16 Décembre 2017 20h30
MICROPOLIS - Besançon