Bidiboule ou l'art de retomber en enfance...

Publié le 16/06/2016 - 09:36
Mis à jour le 16/06/2016 - 11:57

Le magasin Bidiboule est un des magasins de jouets phares au centre-ville de Besançon, notamment de par leur rareté. Ses produits ainsi que ses valeurs permettent à ce commerce de représenter la "qualité des jouets traditionnels" depuis maintenant neuf ans 9, rue Gustave Courbet.

COMMERCE BEZAC KDO

Le magasin Bidiboule est implanté au centre-ville depuis 2007. En plus de proposer un large choix de peluches, de figurines, de marionnettes ou encore de déguisements, ce commerce "tient à mettre en avant les jouets traditionnels ludiques faits de bois" nous apprend Julian Biggs, propriétaire du magasin. C’est pourquoi Bidiboule travaille avec des entreprises régionales, comme Jeujura ou Vilac (tous deux basés dans le Jura), mais aussi avec des entreprises nationales comme Kapla.

"Nous sommes très attachés à la valeur du jeu"

Les jouets que propose le magasin sont généralement destinés aux enfants de leur naissance jusqu’à la pré-adolescnce. On y trouve alors aussi bien des mobiles à placer au-dessus d’un berceau que des tricycles en passant par des cerfs-volants ou des instruments de musique créés spécialement pour les enfants. Julian Biggs a affirmé être "très attaché à la valeur du jeu". Le concept de Bidiboule est simple selon lui : "Ce sont les enfants qui jouent avec le jouet et non l’inverse. C’est dans cet esprit que nous vendons nos jouets et c’est pourquoi nous sommes attachés au traditionnel et moins au numérique."

Julian Biggs a une réelle expérience de la vente et du commerce. En effet, celui qui gère aujourd’hui Bidiboule est issu de la grande distribution et a notamment travaillé pour des grands comme Auchan, Mark & Spencer ou encore Decathlon. Cependant, l’envie de créer sa propre entreprise l’a mené à effectuer un stage de création d’entreprise qui a conduit tout droit à la naissance de Bidiboule. "Je me suis dirigé dans le secteur du jouet un peu par hasard mais je sentais que ça me plaisait et me correspondait."  a-t-il précisé. Le premier magasin a été créé dans le Sud mais a ensuite fermé ses portes pour être exporté à Besançon. Aujourd’hui, Bidiboule a également d’autres magasins en France : un à Grenoble et un à Chambéry. 

Le magasin Bidiboule est implanté au centre-ville depuis 2007. En plus de proposer un large choix de peluches, de figurines, de marionnettes ou encore de déguisements, ce commerce "tient à mettre en avant les jouets traditionnels ludiques faits de bois" nous apprend Julian Biggs, propriétaire du magasin. C’est pourquoi Bidiboule travaille avec des entreprises régionales, comme Jeujura ou Vilac (tous deux basés dans le Jura), mais aussi avec des entreprises nationales comme Kapla.

"Nous sommes très attachés à la valeur du jeu"

Les jouets que propose le magasin sont généralement destinés aux enfants de leur naissance jusqu’à la pré-adolescnce. On y trouve alors aussi bien des mobiles à placer au-dessus d’un berceau que des tricycles en passant par des cerfs-volants ou des instruments de musique créés spécialement pour les enfants. Julian Biggs a affirmé être "très attaché à la valeur du jeu". Le concept de Bidiboule est simple selon lui : "Ce sont les enfants qui jouent avec le jouet et non l’inverse. C’est dans cet esprit que nous vendons nos jouets et c’est pourquoi nous sommes attachés au traditionnel et moins au numérique."

Julian Biggs a une réelle expérience de la vente et du commerce. En effet, celui qui gère aujourd’hui Bidiboule est issu de la grande distribution et a notamment travaillé pour des grands comme Auchan, Mark & Spencer ou encore Decathlon. Cependant, l’envie de créer sa propre entreprise l’a mené à effectuer un stage de création d’entreprise qui a conduit tout droit à la naissance de Bidiboule. "Je me suis dirigé dans le secteur du jouet un peu par hasard mais je sentais que ça me plaisait et me correspondait."  a-t-il précisé. Le premier magasin a été créé dans le Sud mais a ensuite fermé ses portes pour être exporté à Besançon. Aujourd’hui, Bidiboule a également d’autres magasins en France : un à Grenoble et un à Chambéry. 

Bezac Kdo

©

Le magasin Bidiboule est implanté au centre-ville depuis 2007. En plus de proposer un large choix de peluches, de figurines, de marionnettes ou encore de déguisements, ce commerce "tient à mettre en avant les jouets traditionnels ludiques faits de bois" nous apprend Julian Biggs, propriétaire du magasin. C’est pourquoi Bidiboule travaille avec des entreprises régionales, comme Jeujura ou Vilac (tous deux basés dans le Jura), mais aussi avec des entreprises nationales comme Kapla.

"Nous sommes très attachés à la valeur du jeu"

Les jouets que propose le magasin sont généralement destinés aux enfants de leur naissance jusqu’à la pré-adolescnce. On y trouve alors aussi bien des mobiles à placer au-dessus d’un berceau que des tricycles en passant par des cerfs-volants ou des instruments de musique créés spécialement pour les enfants. Julian Biggs a affirmé être "très attaché à la valeur du jeu". Le concept de Bidiboule est simple selon lui : "Ce sont les enfants qui jouent avec le jouet et non l’inverse. C’est dans cet esprit que nous vendons nos jouets et c’est pourquoi nous sommes attachés au traditionnel et moins au numérique."

Julian Biggs a une réelle expérience de la vente et du commerce. En effet, celui qui gère aujourd’hui Bidiboule est issu de la grande distribution et a notamment travaillé pour des grands comme Auchan, Mark & Spencer ou encore Decathlon. Cependant, l’envie de créer sa propre entreprise l’a mené à effectuer un stage de création d’entreprise qui a conduit tout droit à la naissance de Bidiboule. "Je me suis dirigé dans le secteur du jouet un peu par hasard mais je sentais que ça me plaisait et me correspondait."  a-t-il précisé. Le premier magasin a été créé dans le Sud mais a ensuite fermé ses portes pour être exporté à Besançon. Aujourd’hui, Bidiboule a également d’autres magasins en France : un à Grenoble et un à Chambéry. 

Bezac Kdo

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Endettement des entreprises : comment les aider ?

En Bourgogne Franche-Comté, près de 20 000 entreprises ont bénéficié d’un PGE (Prêt Garanti par l’Etat). Emprunt qu'il faudra bien rembourser. Alors que l’activité tourne encore au ralenti dans plusieurs secteurs, la Banque Populaire BFC tente d’aider au mieux ces entreprises et leurs prêts avec sa « BOX PGE »…

SNCF Réseau : 423 millions d’euros dans la modernisation du réseau de Bourgogne Franche-Comté en 2021

Pour l'année 2021, SNCF Réseau investira 423 millions d'euros pour la modernisation et la maintenance du réseau en Bourgogne Franche-Comté. 250 chantiers au total sont prévus. Pour Jérôme Grand, directeur territorial SNCF Réseau, 2021 sera "une année exceptionnelle en Bourgogne Franche-Comté."

Bientôt, le nouveau centre commercial Cassin à Planoise ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne

Les travaux de la restructuration du centre commercial Cassin dans le quartier Planoise à Besançon commenceront le 18 janvier prochain. Le bail commercial entre Intermarché et Aktya, société d'économie mixte bisontine, a été signé mercredi 13 janvier. Le nouveau centre commercial ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne à l'automne prochain.

Un frontalier sur trois travaille dans l’horlogerie

Dans sa dernière étude, l'Ostaj (observatoire statistique transfrontalier de l'Arc Jurassien)  indique que l'industrie horlogère de l'Arc Jurassien emploie 31.400 personnes dont une forte majorité dans des établissements du côté suisse de la frontière. Les agglomérations frontalières du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de la vallée de Joux sont les principaux pôles de l’horlogerie.

MaPrimeRénov’ : un dispositif accessible à tous les propriétaires occupants et syndicats de copropriétaires

Depuis ce mois de janvier 2021, le dispositif d'aide à la rénovation énergétique est désormais  étendu à tous, aux bailleurs et copropriétés. Ma "Prime Rénov '" bleu, jaune, violet ou rose :  le montant des aides dépendra du revenus fiscal de référence du foyer et du nombre d'habitants dans le logement.

Technologie : la start-up de Besançon Metabsorber signe un contrat de licence avec l’entreprise Sayens

Société d’Accélération du Transfert de Technologie, la Satt Sayens a annoncé le 4 janvier 2021 la signature d’un contrat de licence avec la start-up née à Besançon Metabsorber spécialisée en ingénierie des métamatériaux appliqué au traitement acoustique.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1
chutes de neige
le 16/01 à 21h00
Vent
4.05 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
99 %

Sondage