Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Projection-débat "Énigmes de Sirius" le 9 juin

- cliquez sur l'image pour agrandir

Date

Mardi 9 Juin 2009 18h30

Publicité

 
Le mardi 9 juin au FJT "les oiseaux" 48 rue des Cras à Besançon, le club CNRS Sciences et Citoyens de Besançon projettera le film Énigmes de Sirius, en compétition au festival du film de chercheurs édition 2009. La projection débutera à 18h30 et sera suivie d'une discussion, en présence de Philippe Rousselot, Maître de Conférences à l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Besançon, Université de Franche-Comté. Voici un résumé du film, réalisé à l’occasion de l’Année Mondiale de l’Astronomie et du lancement du satellite Herschel:
Sirius est l'étoile la plus brillante du ciel, ce qui rend son image particulièrement difficile à obtenir, même avec les télescopes les plus performants. L'astrophysicien Jean-Marc Bonnet-Bidaud, s'appuyant sur des observations de l'astronome grec Ptolémée et sur des textes astronomiques chinois, émet l'hypothèse que Sirius aurait changé de couleur au début de notre ère. Ce changement de couleur pourrait s'expliquer par la présence d'une petite "étoile compagnon" gravitant autour de Sirius. Ses recherches mènent Jean-Marc Bonnet-Bidaud dans les plus grands observatoires de la planète (Pic du Midi, La Silla au Chili), et également chez les Dogon du Mali. Car Sirius, c'est Sigi Tolo, l'étoile du Sigui, cérémonie dogon la plus importante qui a lieu tous les soixante ans. Jean-Marc Bonnet-Bidaud, accompagné des ethnologues Jean Rouch et Germaine Dieterlen, a observé le lever conjoint du soleil et de Sirius, tel que les Dogon le décrivent depuis toujours. Il s'est entretenu avec eux du rôle primordial de cette étoile dans la cosmogonie dogon, se demandant comment les Dogon ont eu connaissance d'une telle étoile et de son compagnon en l'absence de tout matériel d'observation.

Et en première partie de soirée, vous pourrez découvrir le film Si on bougeait... réalisé par une classe de CE2 de Lunéville et lauréat du Concours des Chercheurs en Herbe 2009.

Boris Urbas