Affaire Grégory : Murielle Bolle fixée sur sa demande de libération à 16h

Publié le 04/08/2017 - 12:31
Mis à jour le 04/08/2017 - 12:41

La chambre de l'instruction de Dijon, qui examinait ce vendredi 4 août 2017 la demande de remise en liberté de Murielle Bolle, témoin clé dans l'affaire Grégory, rendra sa décision à 16h, selon ses avocats. 

bolle.jpg
Murielle Bolle dans les années 80 © capture ina FTV
PUBLICITÉ

L’audience, démarrée à 9h30, s’est achevée aux alentours de midi. Les conseils de Murielle Bolle ont indiqué qu’ils ne feraient aucun commentaire avant l’annonce de la décision de la formation de trois magistrats présidée par Claire Barbier. 

Agée de 48 ans, Mme Bolle a été mise en examen le 29 juin pour enlèvement suivi de mort et placée en détention provisoire. « Les défenseurs de Mme Bolle disent qu’il n’y a pas d’éléments suffisants (pour la maintenir en détention) et que, si la mise en examen doit se poursuivre, il convient de la placer en liberté sous contrôle judiciaire strict« , a relaté Me Thierry Moser, avocat des parents de l’enfant assassiné, disant de son côté s’en remettre « à la sagesse des magistrats« . 

Adolescente à l’époque des faits, Mme Bolle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche du rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la rivière Vologne, avant de se rétracter. Pour le parquet général, qui a requis le maintien en détention, le revirement de la jeune fille de 15 ans s’explique par des violences familiales subies à l’époque. Et il estime que de nouvelles pressions ne sont pas à exclure. Mais les avocats de Murielle Bolle affirment que tous les éléments sont réunis pour une libération sous contrôle judiciaire, avec notamment une solution d’hébergement extra-familiale. 

Info + 

L’affaire Grégory avait été relancée de manière spectaculaire à la mi-juin avec l’arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, soupçonnés d’être les « corbeaux » de l’affaire, auteurs de plusieurs lettres anonymes bien renseignées.

Mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort, les deux septuagénaires, jamais inquiétés jusqu’alors, avaient été remis en liberté quelques jours plus tard, sous contrôle judiciaire strict: domiciliés séparément dans des lieux tenus secrets, avec notamment l’interdiction absolue de parler à la presse.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fabien Roussel (PCF) saisit le parquet national financier contre General  Electric

Fabien Roussel (PCF) saisit le parquet national financier contre General Electric

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel a annoncé ce jeudi 11 juillet 2019 saisir le parquet national financier (PNF) sur des "soupçons d'optimisation et fraudes fiscales de General Electric" en Suisse, demandant aussi de l'Etat "une amende extrêmement forte pour non respect des engagements pris" par le groupe.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.42
légère pluie
le 18/07 à 18h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1014.34 hPa
Humidité
84 %

Sondage