Alerte Témoin

Alain Marx : "Les étirements sont une nécessité mais ne sont pas assez ancrés dans nos habitudes"

Publié le 12/07/2016 - 08:30
Mis à jour le 12/07/2016 - 09:29

Alain Marx est kinésithérapeute depuis maintenant 35 ans à Besançon. Fervent défenseur des étirements, "indispensables" selon lui au bon fonctionnement de nos muscles et de notre corps, il nous a accordé de son temps afin de revenir sur ses deux derniers livres S’étirer c’est capital ! et Etirements à deux, sa profession et ses méthodes de travail. 

alain_marx_-009.jpg
Alain Marx ©Damien Poirier

L’approche qu’A. Marx préconise est la méthode Mézières. "Françoise Mézières a décrit les bienfaits des étirements en première. Mais au-delà de les décrire, elle explique que le corps fonctionne comme ça. La médecine occidentale est basée sur le fait que le corps est faible et qu’il faut le renforcer. Alors on se muscle. Mais ce qu’on apprend nous ratatine et ça ne marche pas comme ça. Un muscle fort c’est un muscle souple."

Une idée reçue veut que les personnes qui ont mal au dos ne soient pas assez musclées, or il n’en est rien. "Personne ne pense que c’est parce que les muscles sont trop rétractés." Renforcer un muscle le raccourcit donc faire du sport "rétracte le corps". A. Marx précise qu’il n’est pas contre le sport puisqu’il est bénéfique pour le cœur, la respiration... "Mais le sport sans étirements, c’est une aberration. J'explique toujours à mes patients qu’un effort sportif n’est complet qu’avec des étirements. Si vous regardez les sportifs de haut niveau ils s’étirent parce que sinon, ils ne seraient pas sur le circuit pendant des années. On est des chasseurs cueilleurs au départ donc on est faits pour bouger. On s'étire naturellement : un bébé quand il se réveille, la première chose qu’il fait c’est s’étirer. Après on nous met sur des chaises à l’école puis au travail et on ne le fait plus."

"Les étirements c’est une hygiène corporelle"

Selon A. Marx, il faudrait d’abord former les professeurs de sport afin qu’ils puissent éduquer aux enfants la pratique des étirements. Il affirme que de nombreuses personnes pensent s’étirer mais ne savent pas le faire. Il est donc nécessaire d’apprendre auprès de professionnels. Il assure qu’il n’est jamais trop tard pour commencer les étirements"Il y a des résultats concrets directement grâce à la méthode Mézières. Des patients sont totalement désabusés en le constatant." A. Marx précise que certains problèmes de dos peuvent être récurrents et c’est pourquoi il faut aller à la source du problème : le mou. "Le mou peut être viscéral, psychologique… Le corps est une bande magnétique, il reflète l’histoire des gens. Si on a des émotions bloquées, on ne libère pas son corps. C’est le mental qui gouverne mais par la voie du corps on arrive au mental. Il y a une voie somato-psychique."

Le kiné avoue qu’il a commencé sa carrière en se basant sur la méthode Mézières, pensant que c’était l’avenir, mais ce ne fut pas le cas. "Je pense partir en retraite dans un an et je ne sais pas vers qui envoyer les gens. Nous n'étions pas nombreux à faire du Mézières et ça s’est dévalué pour des raisons économiques. Aujourd’hui les kinés sont payés 16 euros contre 30 euros quand j’ai débuté."

Quelques questions à Alain Marx

maCommune : Que pensez-vous des étirements au travail ?

Alain Marx : "L’initiative est louable mais en général ils sont mal faits. Uun étirement se fait de deux manières : il faut respirer et il faut gérer la globalité du corps. Nous n’avons pas cette notion de globalité : quand on étire un muscle, on a tendance à compenser avec un autre alors ça n’a aucun intérêt. Notre corps compense naturellement. La première chose qu’il cherche à faire c’est tricher. Il ne veut pas se fatiguer et heureusement ! De nombreuses personnes souffrent de l’informatique. Mais quand elles commencent à avoir mal, ça fait des années qu’elles compensent. Des étirements au niveau de l’épaule peuvent alors être bénéfiques par exemple."

mC : Pourquoi la méthode n’est-elle pas démocratisée si elle est efficace ? Et quels sont ses bénéfices ?

A-M : "Parce que c’est un effort et les gens aujourd’hui veulent des résultats immédiats sans efforts. C’est pourtant tellement simple à expliquer et à démontrer. Il suffit de dix minutes. Etre jeune et beau ça ne dure pas. Mais ce n’est pas une fatalité. On peut agir sur l’élasticité du muscle mais on ne le fait pas. On nait avec un capital d’élasticité. Au départ on est comme des super-héros dans leur combinaison en lycra et ensuite on passe à la cotte de mailles. Plus on vieillit, moins on est élastiques. Donc les bénéfices des étirements se résument facilement : au lieu de finir dans une cotte de mailles, on garde la mobilité."

mC : Quels sont les bons gestes à adopter ?

A-M : "Il faut s’étirer correctement, c’est-à-dire des pieds à la tête, sans tricher, sans compenser et en respirant. Les gens en général respirent "à la Tarzan", c’est-à-dire en rentrant le diaphragme au lieu de gonfler le ventre et la poitrine. Un étirement doit être gentil. Si vous prenez un vieil élastique et tirez un grand coup dessus, vous le cassez. Donc à la place, vous l’étirez gentiment. Avec les muscles c’est pareil. La fibre musculaire se travaille donc il faut du temps et il faut surtout poursuivre les étirements sur le long terme. Une séance se doit d’être rigoureuse : il faut ê concentré afin que le corps ne triche pas. On doit sentir le muscle s’allonger. Pour quelqu’un qui n’a pas de problèmes, une séance de 30 minutes par semaine suffit."

mC : Un conseil à celles et ceux qui souffrent du dos ?

A-M : "Ce n’est pas désespéré. Autour de chez vous, il y a quelqu’un qui travaille autrement. Il faut chercher. Bien entendu, je ne fais pas que du Mézières. Il existe d’autres méthodes : l’ostéopathie, l’orthopractie, etc. Il faut sortir des sentiers battus et ne pas se limiter. Il faut aller voir ailleurs si une approche ne vous correspond pas."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.

Canicule : il est interdit de se baigner dans les lacs et les rivières

Conseils • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 

Covid-19 : les patients en réanimation repartent à la hausse en France. Situation stable en Bourgogne-Franche-Comté

Le nombre de patients atteints du Covid-19 hospitalisés en réanimation a augmenté de 13 cas depuis vendredi, rompant avec la tendance à la baisse observée depuis avril, et 29 nouveaux décès ont été enregistrés, selon la Direction générale de la Santé (DGS). En Bourgogne-Franche-Comté la situation est stable avec 21 hospitalisations (dont 12 dans l'Yonne) et quatre patients en réanimation. Dans la région, on dénombre une douzaine de clusters.

Entre canicule et covid-19 en Bourgogne Franche-Comté : les conseils de l’ARS

Quatre départements de la région, la Côte-d’Or, le Doubs, le Jura et la Saône-et-Loire sont placés en vigilance orange canicule depuis jeudi 30 juillet et au moins jusqu'à ce soir. L’Agence Régionale de Santé rappelle les conseils de prévention essentiels tandis que cette canicule survient en pleine remontée de covid-19...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.87
    ciel dégagé
    le 05/08 à 21h00
    Vent
    1.95 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    54 %

    Sondage