Alstom Belfort : la SNCF doit confirmer jeudi la commande de 15 TGV selon François Hollande

Publié le 22/02/2017 - 14:14
Mis à jour le 22/02/2017 - 14:51

"Il y a de bonnes chances" que la SNCF passe une commande jeudi 23 février à Alstom de 15 rames de TGV pour desservir la ligne Paris-Bordeaux, conformément au plan présenté en octobre pour assurer l'avenir du site de Belfort, a déclaré sur place mercredi 22 février 2017 le président de la République François Hollande.

 ©
©

"Nous avons pu obtenir qu'un certain nombre de commandes soient prises" pour garnir le plan de charge de l'usine de Belfort, a rappelé le chef de l'État dans un discours devant une partie des 490 salariés de l'usine. La "plus importante" de ces commandes est celle concernant les 15 rames "qui seront mises en circulation sur la ligne Bordeaux-Paris", a poursuivi M. Hollande. "La décision est pour demain (jeudi, NDLR). C'est la SNCF qui va la prendre, mais selon nos informations il y a de bonnes chances pour que ce soit le cas".

La SNCF doit débourser entre 470 et 480 millions d'euros pour cette commande, livrable en 2019 et 2020. La décision est "du ressort de la SNCF", mais "nous espérons que le président sera assez influent pour que les dirigeants de la SNCF valident les commandes", a commenté Olivier Kohler, délégué CFDT, après le discours du chef de l'Etat.

"Nous avons pris des engagements" pour sauver Belfort "et nous les avons tenus"

Deux autres commandes de trains avaient été annoncées en octobre pour sauver Belfort, sur lesquelles les discussions sont en cours entre Alstom et
la SNCF, concernant notamment le prix: 6 TGV destinés à la liaison à grande vitesse Paris-Turin-Milan, pour un peu moins de 200 millions d'euros, et 20 locomotives diesel affectées au secours des trains en panne, pour environ 80 millions d'euros. "Les partenaires sociaux et les élus sont encore mobilisés" sur ce volet du dossier, "et nous aussi", a simplement souligné mercredi M. Hollande. "Nous avons pris des engagements" pour sauver Belfort "et nous les avons tenus", a-t-il ajouté.

"Il faut que le marché mondial puisse être équilibré"

Avant son discours, le chef de l'Etat avait visité les usines d'assemblage de locomotives d'Alstom, mais aussi l'usine de turbines à gaz et à vapeur de
General Electric, installée sur le même site. Le conglomérat américain a repris la branche énergie d'Alstom fin 2015 pour 9,7 milliards d'euros, faisant du site de Belfort un de ses principaux centres de production.

Cette acquisition montre que "nous ne pouvons pas accepter les solutions de protectionnisme, de nationalisme, qui nous mettraient dans de très grandes difficultés", a observé M. Hollande. "Quand le président d'un pays, (en l'occurrence) les États-Unis, pense à protéger son espace économique, à empêcher qu'il y ait des investissements qui puissent se faire aux États-Unis, on voit bien le risque! Si tous les pays faisaient ça, qu'est-ce que serait l'économie mondiale, comment pourrait-on faire?", a-t-il ajouté. "Il faut que le marché mondial puisse être équilibré, que nous puissions investir à l'étranger et qu'il puisse y avoir des investissements étrangers en France", a encore dit M. Hollande.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

La SNCF confirme la commande de 15 TGV à Alstom

Le conseil d'administration de SNCF Mobilités a approuvé ce jeudi 23 février 2017  la commande au constructeur Alstom de 15 rames TGV, annoncée en octobre par le gouvernement pour sauver le site de Belfort, a indiqué la SNCF

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Economie

« Label Palette » reçoit le trophée « Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté »

Émanation du P’tit Dépanneur Comtois, la société Label Palette de Serre-les-Sapins dans le Grand Besançon a reçu ce jeudi 25 février 2021 dans ses locaux le trophée "Éco-innovez en Bourgogne-Franche-Comté" de l'agence économique régionale (AER) pour son service d'aménagement évolutif en bois de récupération.

Besançon : deux boutiques proposent les menus des restaurateurs

En partenariat avec plusieurs organismes, le grossiste Métro a souhaité donner un coup de pouce aux restaurateurs du coin en ouvrant deux boutiques éphémères regroupant les menus des chefs du Grand Besançon. Fort de son succès, l'opération est renouvelée ce vendredi 26 et samedi 27 février 2021 pour la boutique au 58 rue des Granges Besançon (anciennement le K2).et samedi pour la seconde enseigne au sein des Galeries des Passages Pasteurs...

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

Grand Besançon Métropole : pas de hausse de la fiscalité en vue pour 2021

À l'instar de la Ville de Besançon, le Grand Besançon Métropole oriente son budget de telle sorte qu'aucune augmentation d'impôts n'est prévue en 2021 malgré l'impact de la crise sanitaire. Les orientations budgétaires seront discutées ce jeudi 25 février lors du conseil communautaire du GBM. Le vote définitif se tiendra le 8 avril prochain.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8
peu nuageux
le 27/02 à 12h00
Vent
7.12 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
49 %

Sondage