Alstom : "Nous devons apporter des commandes" au groupe, déclare Hollande

Publié le 12/09/2016 - 18:05
Mis à jour le 12/09/2016 - 18:05

"Nous devons apporter des commandes" à Alstom, qui projette l'arrêt de la production de trains à Belfort d'ici à 2018, a indiqué lundi 12 septembre 2016 le président François Hollande lors de la visite d'un organisme de formation dans les Yvelines.

alstomornans.JPG
alstomornans.JPG
PUBLICITÉ

"Il faut se mobiliser aussi pour défendre notre industrie (...) Quand il y a de grandes filières qui doivent être soutenues, nous devons nous engager. En ce moment c'est le cas pour la filiale ferroviaire avec Alstom", a-t-il dit devant des stagiaires et formateurs de l'Institut de formation commerciale permanente (Ifocop), situé à Montigny-le-Bretonneux, ainsi que des chefs d'entreprise partenaires de l'Ifocop.

"Ce que j'ai fait pour Alstom à l'étranger, Alstom doit le faire aussi pour la France"

"Alstom, chaque fois que je me déplace à l'étranger -dans les plus grands pays émergents ou dans les pays les plus développés comme les Etats-Unis-,
signe des contrats et fait en sorte que la technologie française soit regardée comme la meilleure du monde et notamment dans l'énergie ferroviaire. Alors il faut qu'il en soit de même ici en France pour que nous puissions avoir les sites de production et pas simplement des ingénieurs qui puissent valoriser notre technologie à l'étranger", a-t-il martelé. "Ce que j'ai fait pour Alstom à l'étranger, Alstom doit le faire aussi pour la France. Mais nous devons apporter des commandes et c'est le rôle des acteurs publics: régions, entreprises de transport, SNCF, RATP dans le cadres des marchés qui existent et qui doivent être respectés", a ajouté le chef de l'Etat. 

L'arrêt de la production de trains à Belfort d'ici 2018, annoncé la semaine dernière par le constructeur ferroviaire, est devenu un enjeu national à huit mois de l'élection présidentielle. Alstom prévoit de déplacer sa production de locomotives de Belfort vers Reichshoffen, près de Strasbourg, d'ici 2018, sans fermeture de site ni plan social, mais avec "une proposition de transfert" vers ses autres usines françaises pour les 400 salariés concernés.

Des réactions de politiques...

Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'Economie, demandait ce lundi sur France Inter que "le gouvernement revienne sur ces décisions, organise l'unité de l'équipe de France du ferroviaire, et fasse en sorte que le site de Belfort soit maintenu en l'Etat." De son côté, Bruno Le Maire a déclaré ce lundi que "je n'arrive pas à comprendre comment l'Etat actionnaire n'a pas pu joué son rôle dans cette affaire-là (...) Je souhaite qu'on ait une vraie politique nationale sur le ferroviaire qui permette de garder les emplois comme ceux d'Alstom." 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Département du Doubs : 80 millions d’euros d’investissements pour 2020

Christine Bouquin, présidente du Conseil Départemental du Doubs, a présenté ce 21 octobre 2019 les grandes orientations budgétaires pour l’année 2020. Et selon elle, «on continue de monter en puissance » avec 80 millions d'euros d'investissements prévus pour l'an prochain…

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs appellent à une mobilisation nationale mardi 22 octobre 2019. Trois convois de tracteurs circuleront à Besançon pour arriver devant la préfecture du Doubs à 11 heures. Objectif : interpeller      le président de la République Emmanuel Macron.

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

ID Soudage, Rue Jouchoux à Besançon pour mieux servir ses clients

Publi-Info • En ouvrant, début octobre, ses nouveaux locaux Rue Jouchoux à Besançon, Nicolas Donard, directeur d’ID Soudage, souhaitait se donner les moyens de mieux servir ses clients. Quoi de plus normal lorsque les solutions proposées à ses clients sont liées à trois univers allant de la soudure au travail du métal, en passant par la sécurité au travail ?

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Peugeot accueille à Besançon sa nouvelle star, la 208 et bientôt la e-208

Publi-Info • Il y a quelques jours, Yves Dejean directeur de Peugeot Besançon accueillait près de 500 personnes dans ses locaux pour présenter la toute nouvelle 208, en attendant sa sœur jumelle, électrique, la e-208. Dans les semaines qui viennent les équipes de Peugeot Besançon seront à votre disposition pour vous présenter la star de cette fin d’année.

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Offre d'emploi