Attaques à Paris : « Mince, tout peut arriver, n’importe quand, n’importe où… »

Publié le 14/11/2015 - 10:10
Mis à jour le 14/11/2015 - 11:29

Le directeur de la maison de l'Europe Franche-Comté était à Paris ce vendredi 13 novembre 2015. Nous l'avons contacté ce samedi matin alors qu'il se trouvait à la Gare de Lyon bondée...

julien_pea_attentat_.jpg
© Twitter @julienpea

Témoignage

PUBLICITÉ

Témoignage

« Nous étions à Paris pendant trois jours. Ce samedi, nous devions aller à l’Assemblée nationale.

Hier soir, quand se sont déroulées les attaques, nous étions dans un restaurant italien très sympa vers le pont Mirabeau. Et tout à coup, nos téléphones se sont mis à clignoter sans arrêt avec des alertes de médias signalant les attaques à Paris.

On a décidé de partir du restaurant et pour éviter le métro, on a cherché un taxi. Notre hôtel était dans le 9e arrondissement, on se rapprochait du Bataclan. Notre taxi nous a indiqué qu’il prenait notre course, mais qu’ensuite, il rentrait chez lui pour retrouver ses enfants.

Il nous a raconté qu’il venait de déposer un couple au commissariat, des témoins directs d’une attaque qui se trouvaient sur une terrasse et qui ont tout vu.

Les rues étaient bondées, ce qui est normal un vendredi soir à Paris, mais aucune agitation, les touristes étaient hagards, on voyait plein de mains se lever au bord des rues, des personnes qui cherchaient des taxis.

Nous sommes ensuite rentrés les oreilles collées à la radio pour suivre les événements.

C’est dingue, hier soir on a passé un moment avec le dessinateur Plantu pour parler de la liberté de la presse, de l’immigration, des valeurs morales. Il nous a montré ses caricatures avec des choses qui raisonnent pour nous avec un présage dingue ! 

Je me suis dit « Mince, tout peut arriver, n’importe quand, n’importe où ».  J’ai ensuite ressenti une vague de fatigue intense, une forme de mal-être en me disant qu’il se passait quelque chose à côté… 

Nous avons rassuré nos proches par téléphone et via Facebook. 

Ce matin, à 10 heures, nous sommes Gare de Lyon pour revenir à Besançon. La gare est bondée. Je ne sais pas si on a un train, mais on va essayer. »

Voici le fil Twitter de Julien Pea qui était dans la rue ce vendredi soir à Paris

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 8.61
couvert
le 21/04 à 21h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1013.475 hPa
Humidité
80 %

Sondage