Besançon : Mercier annonce un groupe interministériel sur les mineurs étrangers isolés

Publié le 20/10/2011 - 22:07
Mis à jour le 20/10/2011 - 22:33

Le garde des Sceaux Michel Mercier a annoncé jeudi soir à Besançon dans le cadre du congrès des Départements de France la mise en place d'un groupe de travail interministériel et d'un groupe de travail interdépartemental sur les mineurs isolés étrangers. 

DSC_0640.JPG
Michel Mercier à Besançon-Micropolis
PUBLICITÉ

"Un travail interministériel pour apporter des solutions pérennes à ce problème doit être engagé, le ministère de la justice n'étant pas le seul à être concerné par cette problématique", a annoncé le ministre devant le congrès de l'Assemblée des départements de France.

Il faut aussi tenir un travail interdépartemental, "la loi ayant confié aux Départements la prise en charge de ces mineurs", a-t-il poursuivi.  Cette année, près de 6.000 mineurs isolés étrangers ont dû être pris en charge sur le territoire métropolitain au titre de l'aide sociale à l'enfance qui dépend des conseils généraux, a-t-il souligné.

"Mais cette charge pèse plus fortement sur certains départements, comme en Seine-Saint-Denis où il y a plus de 1.000 mineurs isolés étrangers", a relevé le ministre.

"On a réagi pour le moment avec des mesures d'urgence, qui ne peuvent pas être des réponses pérennes", a dit le ministre. "Nous avons mené une réflexion afin que les mineurs isolés étrangers de Seine-Saint-Denis puissent, dans un cadre légal et à titre de solution d'urgence, être accueillis dans d'autres Départements. Une répartition de ces mineurs sur 21 Départements a été retenue", a-t-il précisé.

M. Mercier, président du conseil général du Rhône, a aussi lancé un appel à ses homologues des autres départements pour qu'ils accueillent des postes de travail d'intérêt général (TIC). "Ils constituent un formidable outil de réinsertion et de prévention de la récidive", a-t-il souligné. "Toutefois, les postes de TIG  restent encore peu nombreux dans les départements et je vous invite à vous saisir de ce dispositif pour permettre aux juges d'y recourir plus souvent". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.17
couvert
le 25/05 à 6h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1016.51 hPa
Humidité
95 %

Sondage