Budget 2015 : la procédure se passe "normalement", il ne "faut pas préjuger du résultat" selon Moscovici

Publié le 27/10/2014 - 08:51
Mis à jour le 27/10/2014 - 08:51

Le futur commissaire européen à l'Économie, Pierre Moscovici, a estimé dimanche que la procédure d'échanges d'informations entre la France et la Commission européenne sur le budget 2015, se passait "normalement" et qu'il ne fallait "pas préjuger du résultat".

pierre_moscovici-001.jpg
©roman
PUBLICITÉ

La France a reçu cette semaine une lettre de Bruxelles demandant des précisions sur son projet de budget pour 2015, qui prévoit notamment un déficit à 4,3% du PIB, alors que Paris s’était engagé à la ramener sous la barre des 3%.

« Il ne faut pas préjuger du résultat ni dans un sens ni dans l’autre »

« On est dans une procédure d’échanges pour voir si la France est capable de faire les réformes » qu’on lui demande, a expliqué M. Moscovici lors d’une interview du « Grand Jury » RTL/LCI/Le Figaro. « A mon sens, cette procédure se passe normalement, dans le sens où il y a une procédure de déficit excessif qui existe contre la France. Dans ce contexte, on a demandé à la France des informations, elle en a sans doute donné certaines », a-t-il ajouté. Après « il ne faut pas préjuger du résultat ni dans un sens ni dans l’autre », a estimé M. Moscovici.

 « La sanction n’est pas automatique »

« La possibilité existe d’un renvoi du budget, mais personne ne souhaite rentrer dans des procédures compliquées. Sanctionner est toujours un échec », a-t-il souligné. « Il faut un dialogue constructif (…) L’idée est d’arriver à trouver un accord.(…) La sanction n’est pas automatique, elle n’est pas souhaitable », a martelé le futur commissaire européen.

M. Moscovici a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne serait en fonction que le 1er novembre et que d’ici là, il n’était pas en position de commenter les décisions des uns et des autres. « Il existe des règles, et comme commissaire je serai là pour faire respecter ces règles (…) de manière impartiale et objective », a-t-il toutefois expliqué.

Mais « deuxièmement, il existe des flexibilités » dans l’application de ces règles qui permettent notamment « d’examiner la situation pays par pays » ou de « prendre en compte l’effort structurel indépendamment du déficit nominal » ainsi que les « situations exceptionnelles ». « Tout le monde attend que la France satisfasse les règles comme d’autres », a souligné M. Moscovici.

La France « a certes des difficultés » mais aussi des « points positifs »

Mais selon lui, la France « a certes des difficultés » mais aussi des « points positifs », comme le plan de réduction des dépenses publiques de 50 milliards sur trois ans et le « fait d’être en train de mener un certain nombre de réformes structurelles », comme l’ouverture de certaines professions réglementées ou le pacte de compétitivité. Après, « il faudra que l’effort structurel soit jugé comme suffisant » par la Commission, a-t-il ajouté.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Micro-brasserie Les2FÛTS : « Intégrer Coopilote a facilité le démarrage de mon entreprise »

Dans le cadre des rencontres "Bienvenue dans mon entreprise" proposées par Coopilote, coopérative d'entrepreneurs salariés à Besançon, la micro-brasserie Les2FÛTS a ouvert ses portes pour découvrir et échanger autour de leur activité et de l’entrepreneuriat… L'occasion de faire un focus sur cette petite entreprise artisanale bisontine. 

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Sanctions américaines : la Côte-d’Or offre du Bourgogne à Trump pour le faire changer d’avis

Le département de Côte-d'Or va envoyer deux bouteilles de Bourgogne au président américain Donald Trump pour tenter de le faire changer d'avis sur les sanctions douanières contre l'Union Européenne, qui doivent viser le vin français, a annoncé son président François Sauvadet le 14 octobre 2019 sur Twitter.

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Le Crédit Agricole Franche-Comté présente son prêt « Mon 1er toit comtois » au Salon de l’Habitat Les 18, 19 et 20 octobre 2019

Publi-infos • Le Crédit Agricole Franche-Comté a de bonnes raisons d’être présent au Salon de l’Habitat à Micropolis Besançon. D’abord, c’est un partenaire historique de cette manifestation. Et puis, c’est l’occasion de présenter son offre régionale à succès « Mon 1er toit comtois », un prêt Habitat à taux zéro %. C’est donc le moment idéal pour rencontrer les conseillers du Crédit Agricole Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.57
pluie modérée
le 21/10 à 0h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1011.25 hPa
Humidité
98 %

Sondage