Cash investigation : les sénateurs Michel Raison et Gérard Bailly s'expliquent

Publié le 06/02/2016 - 13:31
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:36

Un document-choc sur les pesticides a diffusé cette semaine, ce 2 février 2016 sur France 2. Le magazine Cash Investigation a enquêté sur atrazine : un pesticide interdit depuis 15 ans en France et  issue des multinationales de l'agrochimie, mais qui se retrouve encore dans l'eau du robinet. Dans ce document, la journaliste Élise Lucet s'est invitée en juin 2015 à un repas de Syngenta où l'on découvre plusieurs élus et notamment les deux sénateurs de Franche-Comté qui se sont expliqués.

cash_investigation_france_2_.jpg
© captures écran France 2
PUBLICITÉ

Le repas était organisé par la multinationale Syngenta. Plusieurs élus étaient autour de la table. Visiblement agacé par le méthodes de Cash Investigation, Gérard Bailly, sénateur du Jura s’est offusqué : « Les médias se croient tout permis ». Michel Raison, sénateur de Haute-Saône n’a pas apprécié cette intrusion.


CASH INVESTIGATION. Devine qui vient dîner ce soir !

Le reportage a suscité de nombreuses réactions, notamment sur les réseaux sociaux

Face aux réactions, parfois outrées des internautes, Michel Raison a tenu à réagir sur sa page Facebook

« Au lendemain du tournage, au mois de juin 2015, j’ai pris l’initiative de contacter le journaliste en charge du sujet d’une part pour répondre à ses interrogations et d’autre part pour le mettre en relation avec les interlocuteurs qui étaient injoignables ou refusaient de lui répondre. 

L’échange de vues autour d’un déjeuner de travail organisé par des professionnels de la filière des pesticides – ou tout autre lobby (économique, associatif, etc) – n’engage en rien mes votes. L’information et la concertation font partie intégrante de la mission d’un parlementaire. Je regrette par ailleurs que l’on puisse céder aussi facilement à cette réaction du « tous pourris » » .

Depuis la diffusion de l’émission Cash Investigation, je reçois des messages mettant en cause ou en doute ma probité. Je…

Posté par Michel Raison sur mercredi 3 février 2016

Gérard Bailly s’est également exprimé sur Public Sénat  

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.24
légère pluie
le 16/06 à 0h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1021.71 hPa
Humidité
97 %

Sondage