Condamné en appel, Toufik de Planoise lance une souscription

Publié le 14/11/2014 - 17:35
Mis à jour le 15/11/2014 - 13:58

Si les dommages-intérêts ont été ramenés de 800 à 160 €, Toufik de Planoise, a vu sa peine pour vandalisme confirmée en appel par le tribunal de grande instance. Le jeune homme de 22 ans était poursuivi après le dépôt de plainte en juin 2013 de la Ville de Besançon pour affichage sauvage. 

dsc_9461.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

Toufik et son avocat Me Randall Schwerdorffer ont donc vécu ce vendredi matin (14/11/14)  l'épilogue judiciaire de cette affaire "Toufik de Planoise" qui avait placardé sur de nombreuses gouttières et panneaux de la ville des affichettes prônant son site internet "libertaire et indépendant"

 "Nous ne portons pas plainte systématiquement, mais lorsque le phénomène perdure et s'accentue, c'est de notre devoir de réagir. Nous prenons des photos et portons plainte au commissariat" avait expliqué à l'époque le directeur du service voirie et déplacements. En juin 2013, lors du dépôt de plainte, le Front de Gauche bisontin avait soutenu le jeune homme en déclarant que Toufik ne devait pas servir de bouc émissaire.

Ce vendredi 14 novembre 2014, en appel, "malgré l'absence d'éléments communiqués à temps"  Toufik a été reconnu coupable de "vandalisme " et a été condamné à 70 de travail d’intérêt général et de 160 € de dommages-intérêts à verser à la Ville de Besançon. En première instance, le 4 juin 2014, il avait été condamné à verser 822 € à la Ville de Besançon. 

"Entre cette créance, les près de 700 € de frais d’avocat, et les 90 € de procédure pénale, je m’en tire au total avec un peu moins de 1 000 € spoliés, deux semaines de galère, et un casier alourdi désormais rédhibitoire à certaines fonctions…" indique Toufik de Planoise.  

Bientôt une souscription publique

 "L’avocate générale a conclut cyniquement que "je ne fais rien de ma vie et pour la société (…) je suis écœuré. Je suis le seul militant politique local, indépendant et précaire de surcroit, à avoir été poursuivi au pénal pour quelques affiches, alors que les espaces d'expression sont rares et dévoyés, et surtout le principe du mode sauvage utilisé abondamment et depuis des années y compris par les plaignants. C'est sans doute le message subversif plus que la bonne foi qui a été au cœur de ce dossier…"

 Pour payer ces frais, Toufik a décidé de lancer prochainement une souscription publique sous plusieurs formes. Des donateurs tels que des élus ou artistes se sont déjà fait connaître. Et le jeune homme compte bien publier la liste de ceux qui l'ont soutenu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.98
couvert
le 24/10 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
89 %

Sondage