Conseil régional : la Présidente réussira-t-elle à convaincre les élus bisontins?

Publié le 24/06/2016 - 09:04
Mis à jour le 18/04/2019 - 13:51

Ce vendredi 24 juin 2016 se tient le conseil régional à Dijon où sera votée, entre autres, la répartition des directions des services régionaux. Celle-ci a cependant suscité de nombreuses polémiques à Besançon, où de nombreux élus de la propre majorité de Marie-Guite Dufay lui reprochent un trop grand déséquilibre défavorable à leur ville.

dsc_4549.jpg
Conseil régional du 24 juin 2016

Un vote incertain

PUBLICITÉ

Jean-Sébastien Leuba, secrétaire général de la section socialiste de Besançon, Eric Alauzet, député du Doubs, Cécile Prudhomme et Claude Mercier, du groupe EELV, et le maire de Besançon lui-même, Jean-Louis Fousseret, tous sont des personnalités politiques de l’ex-capitale de Franche-Comté qui ont soutenu la Présidente de région lors de son élection mais qui critiquent désormais le projet qu’elle présente aujourd’hui.

Ce qu’on lui reproche tout particulièrement, outre le déséquilibre du nombre de directions de services régionaux entre Dijon et Besançon, est la cohérence de son choix. En effet, malgré une présence de certains services d’Etat à Besançon – comme l’université, le rectorat – les directions de l’enseignement supérieur et de l’environnement sont apparemment destinées à Dijon, empêchant la création de véritables pôles qui réuniraient services d’Etat et services régionaux. Et ce, sans justification, jusqu’à aujourd’hui, de Marie-Guite-Dufay.

Car il faut rappeler que dans un communiqué du 30 mai 2016, celle-ci annonçait que « les directions de l’économie, de la formation, de l’éducation, de l’environnement, de la recherche et de l’enseignement supérieur auront vocation à avoir leur siège à Besançon » dans une logique de « cohérence et de répartition équilibrée. »

Un retournement qui ne plaît pas aux élus bisontins qui sont bien décidés à obtenir des explications ou, plus simplement, ne pas voter favorablement le projet. Or, lorsque l’on sait que Marie-Guite-Dufay a été élue avec une très courte majorité à 51 voix, le résultat du vote peut très bien lui offrir quelques mauvaises surprises. Comme celle de ce matin avec le Brexit voté favorablement au Royaume-Uni.

La détermination du Chef-lieu, du siège de l’Hôtel de région, du lieu des assemblées et des modalités des réunions du conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) est également au programme de cette journée. Le Chef-lieu devrait être Dijon (qui l’est déjà à titre provisoire), et l’hôtel de région serait à Besançon. Une compensation que certains élus bisontins trouvent bien légère, compte-tenu des directions régionales qui échappent à la ville. 

Suivre le débat sur Twitter 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fusion des régions

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

Réforme territoriale : le coup de gueule de Gérard Quété, maire de Vuillafans

A la veille de la visite de la secrétaire d'État en charge des collectivités territoriales en Bourgogne Franche-Comté pour parler de la fusion des régions et de la réforme territoriale, nous avons reçu du maire de Vuillafans (village de 800 habitants de la vallée de la Loue) cette prise de position sans ambiguïté aucune concernant les communes de la réforme territoriale en cours et de son impact sur les communes.

Philippe Gonon : la dérive de nos  institutions locales

Philippe Gonon : la dérive de nos institutions locales

Promulguée le 7 août 2015, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République confie de nouvelles compétences aux régions et redéfinit clairement les compétences attribuées à chaque collectivité territoriale. Philippe Gonon, vice président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) du Doubs craint un "court-circuitage" des instances locales. 

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.47
couvert
le 20/10 à 12h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1006.05 hPa
Humidité
79 %

Sondage