Conseil régional: le retour des grands travaux pour les lycées

Publié le 13/12/2011 - 20:25
Mis à jour le 14/12/2011 - 10:38

Marie-Guite Dufay, présidente socialiste de la Région, a dévoilé ce mardi à Besançon le budget primitif 2012 de sa collectivité. D’un montant quasiment identique à celui de 2011, il va être examiné par les 43 conseillers régionaux jeudi et vendredi.  

dsc_0030.jpg
@carvy
PUBLICITÉ

« C’est un budget maîtrisé, stable en volume, dans un contexte peu lisible, mais qui laisse la place à des projets d’avenir ». Voilà en une phrase le budget primitif 2012 de la Région tel que le voit sa présidente Marie-Guite Dufay. En chiffres, cela donne 499,7 millions d’euros contre 492,8 en 2011. « On est dans un exercice difficile car on navigue à vue dans un contexte international et national d’une visibilité faible », a expliqué la présidente en annonçant la maîtrise des dépenses de fonctionnement (+0,28%) et le maintien des investissements (+2%).

« Nous espérons que les recettes compensatoires attendues seront au rendez-vous », a-t-elle poursuivi, car les conseillers régionaux ne votent plus que 12% des recettes fiscales, soit la taxe sur les cartes grises et la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP). Pour la première, le tarif de 36 €/CV est reconduit comme d’ailleurs celui de la TIPP avec  2,50 € par hectolitre pour chaque carburant.

Formation et transports en tête

Le recours à l’emprunt a été réduit en passant de 40 millions d’euros à 34. D’ailleurs la Franche-Comté est l’une des régions les moins endettées du pays s’est plu à rappeler Marie-Guite Dufay. Les deux budgets les plus importants constituent à eux seuls la moitié du budget régional. Il s’agit de la formation avec 144 millions d’euros (29%) et les transports avec 104 millions d’euros (21%).

« Dans ce contexte de tension budgétaire et de maîtrise des coûts, nous avons tout de même  la capacité de porter des projets ambitieux », a complété la présidente en énumérant l’offre supplémentaire de TER, l’engagement du programme lycées de demain, le soutien à la recherche, la progression de l’offre culturelle. L’engagement de 32 millions d’euros supplémentaires dans les lycées correspond selon Marie-Guite Dufay au « retour des grands travaux » et constitue « un acte politique majeur de ce budget ».

Dans la perspective du marathon budgétaire de jeudi et vendredi, la présidente de la Région estime avoir « une majorité qui fonctionne d’une manière apaisée ». Evoquant ses partenaires d’Europe Ecologie-Les Verts, elle pense que « même si nous savons que nous avons des sujets qui nous opposent, depuis deux mois les relations sont sereines». « J’espère que cela se traduira lors de l’assemblée plénière », a-t-elle souhaité, alors qu’elle s’attend à une attitude musclée de l’opposition UMP qui, à la veille de la présidentielle et des législatives, aura certainement envie d’en découdre.

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Le tout fraîchement élu président des Républicains Christian Jacob a réclamé ce lundi 14 octobre 2019 l'interdiction du port du voile lors des sorties scolaires, en réponse au débat relancé par un élu RN qui a pris à partie une mère voilée lors d'une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.96
couvert
le 17/10 à 12h00
Vent
4.986 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
62 %

Sondage