Coupure de courant à un meeting de Valls: la ville d’Audincourt et ERDF portent plainte

Publié le 29/01/2015 - 20:12
Mis à jour le 29/01/2015 - 20:12

ERDF et la ville d'Audincourt (Doubs) ont déposé plainte après une coupure volontaire de courant, revendiquée par la CGT mines-énergie, dans la commune où se tenait un meeting mardi avec Manuel Valls, a-t-on appris jeudi auprès de la municipalité et du parquet.

valls_najat_vallau_temis-096.jpg
©damien
PUBLICITÉ

Un meeting de soutien au candidat socialiste Frédéric Barbier à la législative partielle de la 4e circonscription du Doubs, en présence du Premier ministre Manuel Valls, avait été retardé mardi soir pendant près d’une heure à Audincourt, près de Montbéliard, par une coupure d’électricité.
La coupure d’électricité a été revendiquée par la Fédération nationale des mines Energie (FNME) CGT, qui entendait protester contre la loi de transition énergétique.
« Personne ne les empêchait de manifester et de faire grève. Mais une coupure sauvage qui plonge 1.900 foyers dans le noir par jeu, ça, c’est insupportable« , a déclaré à l’AFP le maire PS d’Audincourt, Martial Bourquin.
« Des enfants, des personnes âgées sous assistance respiratoire ou des restaurants qui étaient en plein service vers 20 heures se sont retrouvés sans électricité, certains pendant 1H30« , a relevé M. Bourquin, furieux.
Selon cet ancien syndicaliste CGT, qui estime qu’il « ne faut pas toucher à la liberté d’expression », « la panne était faite pour durer plusieurs heures et ERDF a envoyé ses meilleures équipes pour la réparer« .
« C’est un acte inconscient et irresponsable qui aurait pu avoir des conséquences graves et mettre en danger la sécurité de très nombreuses personnes, notamment dans un contexte de plan Vigipirate renforcé« , a-t-il souligné dans sa plainte déposée jeudi.
La procureure de Montbéliard, Thérèse Brunisso, a indiqué à l’AFP que la direction régionale d’ERDF avait également déposé plainte contre X pour « pénétration non autorisée dans l’enceinte d’un immeuble ou d’une dépendance d’un réseau public d’électricité« .
Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Montbéliard, a-t-elle précisé.
L’UMP a condamné les incidents « scandaleux » ayant perturbé le meeting, affirmant qu »‘en démocratie, il y a d’autres moyens que de chahuter« .
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a lui aussi critiqué cette coupure d’électricité, dénonçant des actes « inadmissibles en démocratie« .

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.57
ciel dégagé
le 22/05 à 18h00
Vent
2.83 m/s
Pression
1019.37 hPa
Humidité
78 %

Sondage