Coupure de courant à un meeting de Valls: la ville d'Audincourt et ERDF portent plainte

Publié le 29/01/2015 - 20:12
Mis à jour le 29/01/2015 - 20:12

ERDF et la ville d'Audincourt (Doubs) ont déposé plainte après une coupure volontaire de courant, revendiquée par la CGT mines-énergie, dans la commune où se tenait un meeting mardi avec Manuel Valls, a-t-on appris jeudi auprès de la municipalité et du parquet.

valls_najat_vallau_temis-096.jpg
©damien
PUBLICITÉ

Un meeting de soutien au candidat socialiste Frédéric Barbier à la législative partielle de la 4e circonscription du Doubs, en présence du Premier ministre Manuel Valls, avait été retardé mardi soir pendant près d’une heure à Audincourt, près de Montbéliard, par une coupure d’électricité.
La coupure d’électricité a été revendiquée par la Fédération nationale des mines Energie (FNME) CGT, qui entendait protester contre la loi de transition énergétique.
« Personne ne les empêchait de manifester et de faire grève. Mais une coupure sauvage qui plonge 1.900 foyers dans le noir par jeu, ça, c’est insupportable« , a déclaré à l’AFP le maire PS d’Audincourt, Martial Bourquin.
« Des enfants, des personnes âgées sous assistance respiratoire ou des restaurants qui étaient en plein service vers 20 heures se sont retrouvés sans électricité, certains pendant 1H30« , a relevé M. Bourquin, furieux.
Selon cet ancien syndicaliste CGT, qui estime qu’il « ne faut pas toucher à la liberté d’expression », « la panne était faite pour durer plusieurs heures et ERDF a envoyé ses meilleures équipes pour la réparer« .
« C’est un acte inconscient et irresponsable qui aurait pu avoir des conséquences graves et mettre en danger la sécurité de très nombreuses personnes, notamment dans un contexte de plan Vigipirate renforcé« , a-t-il souligné dans sa plainte déposée jeudi.
La procureure de Montbéliard, Thérèse Brunisso, a indiqué à l’AFP que la direction régionale d’ERDF avait également déposé plainte contre X pour « pénétration non autorisée dans l’enceinte d’un immeuble ou d’une dépendance d’un réseau public d’électricité« .
Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Montbéliard, a-t-elle précisé.
L’UMP a condamné les incidents « scandaleux » ayant perturbé le meeting, affirmant qu »‘en démocratie, il y a d’autres moyens que de chahuter« .
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a lui aussi critiqué cette coupure d’électricité, dénonçant des actes « inadmissibles en démocratie« .

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.5
légère pluie
le 15/10 à 18h00
Vent
3.575 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %

Sondage