Alerte Témoin

Déserts médicaux : le gouvernement mise sur les maisons de santé et la télémédecine

Publié le 14/10/2017 - 10:18
Mis à jour le 16/10/2017 - 14:13

Assurer l'accès aux soins partout en France grâce aux maisons de santé, à la télémédecine ou à la coopération entre professionnels de santé: le gouvernement a dévoilé vendredi en Haute-Vienne son plan de lutte contre les déserts médicaux, privilégiant le "pragmatisme" aux mesures choc.

capture_decran_2017-10-14_a_10.12.19.jpg
© PM

"L'accès aux soins est au coeur du pacte social", a déclaré le Premier ministre, venu inaugurer avec la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, une maison de santé à Châlus, dans une région confrontée comme tant d'autres au manque de médecins. Un peu plus de 8% de la population vit dans l'une des 9.000 communes sous-denses en médecins généralistes, soit environ 5,3 millions d'habitants, rappelle le gouvernement.

Si rien n'est fait, la situation s'aggravera sous l'effet de la baisse du nombre de généralistes, de nombreux départs à la retraite et des nouvelles aspirations des jeunes médecins, à la recherche d'une vie plus équilibrée.

Le décor choisi par le gouvernement, à une trentaine de kilomètres de Limoges, n'est pas anodin. Conformément à une promesse du candidat Macron, le plan, fruit d'une concertation avec les professionnels et élus, prévoit de doubler le nombre de maisons de santé pluriprofessionnelles (910 en mars 2017) sur tout le quinquennat. Moins parlantes pour le grand public, d'autres pistes complètent un "panel de solutions adaptables à chaque territoire" vanté par Mme Buzyn, opposée aux "mesures définitives" et "illusoires". Comme elle, M.Philippe ne "croit pas à la répartition forcée et administrative" des médecins. Ces derniers continueront donc de s'installer où ils le souhaitent, n'en déplaise à certains élus, et le numerus clausus (nombre d'étudiants formés, relevé par le précédent gouvernement) n'évoluera pas.

  • "Faire confiance aux acteurs" de terrain, c'est la "nouvelle méthode" adoptée par le gouvernement après cinq années de tensions entre la précédente ministre Marisol Touraine et les professionnels de santé.

Le plan veut ainsi faciliter les initiatives locales en s'appuyant sur les nombreuses expériences, en impliquant soignants, élus et patients, comme le réclamait l'Ordre des médecins. Concrètement, les coopérations entre professionnels d'un côté, et entre médecine libérale et hôpital de l'autre profiteront de simplifications réglementaires.

Par exemple, les consultations avancées - comme lorsqu'un cardiologue hospitalier exerce un jour par semaine dans une maison de santé - seront développées. Le cumul emploi-retraite, déjà pratiqué par près de 17.000 médecins, sera favorisé grâce à une exonération de cotisation élargie dans les zones en tension.

Rôle essentiel des infirmiers

Il faut reconnaître "le rôle essentiel des infirmiers", a par ailleurs insisté le Premier ministre. Ce rôle "croit et peut encore croître en matière de prévention" et de prescription, a souligné dans un communiqué l'Ordre de la profession. Le dispositif expérimental Asalee, qui permet à des infirmiers libéraux de suivre, en partenariat avec des généralistes, des malades chroniques, sera pérennisé.

"De nouvelles formations seront proposées dès la rentrée 2018" pour permettre aux soignants d'acquérir de nouvelles compétences "ensuite reconnues par des rémunérations spécifiques".

Autre axe du plan, le développement de la télémédecine passera lui par la fixation de tarifs lors de négociations entre les médecins libéraux et l'Assurance maladie au premier trimestre 2018. Un matériel de téléconsultation est également promis à tous les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) "d’ici 2020".En outre, davantage de stages seront proposés dans les cabinets libéraux (+500 en médecine générale et spécialisée) pour attirer les jeunes vers ce type d'exercice, des aides au logement ou pour les transports seront encouragées et des guichets uniques d'information seront installés à l'adresse des professionnels. 

Des mesures saluées dans un communiqué par le syndicat d'internes en médecine générale Isnar-IMG, qui y voit "un parti pris ambitieux". De même, le syndicat de médecins remplaçants (Reagjir) s'est félicité de "l'écoute et (de) l'attention" du gouvernement.

Membre de la délégation accompagnant M. Philippe et Mme Buzyn, le président du premier syndicat de médecins libéraux (CSMF), Jean-Paul Ortiz, s'est réjoui de voir plusieurs de ses demandes exaucées tout en regrettant un plan "trop centré sur les maisons de santé". Les actions locales seront régulièrement évaluées par un comité dédié, présidé par la ministre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Coronavirus : cinq des huit départements de Bourgogne Franche-Comté en « rose »

Zone d'alerte • Le ministre de la Santé Olivier Véran a présenté mercredi 23 septembre 2020  les nouveaux niveaux d'alerte selon la situation sanitaire à l'échelle des départements. En Bourgogne Franche-Comté, la Côte d'Or, le Doubs, le Territoire de Belfort, la Nièvre et la Saône-et-Loire sont en simple "alerte". Le Jura, la Haute-Saône et l'Yonne restent en "gris" sans alerte particulière.

Besançon : ouverture d’un centre de dépistage de la Covid-19

Face à cette progression importante et au passage en zone rouge du département du Doubs, la préfecture du Doubs, l’Agence Régionale de Santé, Grand Besançon Métropole et la ville de Besançon ont travaillé en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 pour proposer un centre de dépistage rue du Docteur Mouras pour les bisontins et grands bisontins. Il ouvre ses portes ce 23 septembre 2020 dès 8h00.

SONDAGE : À cause de la Covid-19, limitez-vous les rassemblements familiaux et amicaux ?

Les département du Doubs, le Territoire de Belfort et la Côte-d'Or, comme de nombreux départements français, sont passés en "zone rouge", c'est-à-dire en zone de circulation active du virus qui se caractérise principalement par un taux d’incidence supérieur à 50 pour 100 000 habitants et une dynamique épidémique défavorable. Le gouvernement invite les habitants à limiter les rassemblements familiaux ou entre amis… Et vous, limitez-vous ce type de rassemblement ? C'est le sondage de la semaine.

Covid-19 : le département du Doubs passe officiellement en « zone rouge »

Le décret n° 2020-1153 du 19 septembre 2020 modifiant le décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l'état d'urgence sanitaire, paru ce jour au journal officiel, place le département du Doubs en zone de circulation active du virus, également appelée "zone rouge".

Une Bisontine reçoit deux médailles d’or pour avoir créé une formation pour la qualité de vie au travail

Pauline Lenoir, thérapeuthe bisontine (sophrologue et praticien en hypnose ericksonienne), préparatrice physique et mentale et accessoirement Karateka '4 dan', vient de recevoir deux médailles d'or pour récompenser une formation "Nutrition Santé" liée à la qualité de vie au travail qu'elle a créé pour les entreprises et pas n'importe lesquelles... Interview.

Coronavirus : le Doubs et le Territoire de Belfort dépassent le seuil d’alerte

Dans le rouge • Depuis la rentrée en Bourgogne Franche-Comté, seule la Côte d'Or dépassait le seuil d'alerte avec un taux d'incidence dépassant largement les 50 cas positifs pour 100.000 habitants. Le Doubs, le Territoire de Belfort viennent à leur tour de dépasser ce seuil selon le bulletin hebdomadaire de l'agence régionale de santé. "Tous les indicateurs de suivi de l'épidémie sont à la hausse" selon l'ARS. Sur plus de 50.000 tests réalisés du 9 au 15 septembre, on recense plus de 1.400 nouveaux cas positifs.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     15.99
    légère pluie
    le 24/09 à 3h00
    Vent
    5.5 m/s
    Pression
    1009 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage