En savoir plus sur le Don de moelle osseuse

Publié le 28/06/2016 - 11:57
Mis à jour le 28/06/2016 - 11:59

Le don de moelle osseuse est un engagement qui véhicule de nombreuses idées reçues (et fausses). Pourtant, cet acte permet de sauver des vies. C'est pourquoi des associations comme la Sapaudia lutte quotidiennement pour sensibiliser le plus de personnes possibles au don de moelle osseuse. maCommune a décidé de s'intéresser de plus près à cette cause qui mérite qu'on s'y soucie davantage.

brochure.jpg
© www.dondemoelleosseuse.fr

donner pour sauver

PUBLICITÉ

La moelle osseuse est en quelques sortes l’usine à fabriquer le sang. Située à l’intérieur de nos os, elle est présente dans l’ensemble du squelette et plus particulièrement au niveau des os plats comme ceux du bassin. Elle assure la production des cellules souches à l’origine des cellules sanguines (les globules rouges qui transportent l’oxygène, les globules blancs qui luttent contre les infections, et les plaquettes qui permettent la coagulation). La moelle osseuse fabrique aussi les cellules de l’immunité, les lymphocytes, chargées de reconnaître et détruire tout élément étranger dans l’organisme. Elle a donc un rôle vital dans le fonctionnement du corps humain et est indispensable à la vie.

Le don de moelle osseuse, ça sert à quoi ?

A guérir des malades. La greffe de moelle osseuse consiste à transfuser à un malade une quantité donnée de cellules souches prélevées à un donneur compatible et en parfaite santé. En effet, une toute petite partie peut être prélevée chez un donneur dans les os postérieurs du bassin sous anesthésie générale ou par aphérèse au moyen d’un prélèvement de sang après un traitement médicamenteux quelques jours au préalable. Il est important de préciser que la moelle osseuse prélevée se reconstitue rapidement en quelques jours.

Le don de moelle osseuse, ça sert à qui ?

Aux patients qui souffrent de maladies graves du sang. Différentes pathologies peuvent nécessiter le recours à un don de moelle osseuse. La leucémie est la maladie pour laquelle on pratique le plus de greffes de moelle osseuse. Les personnes souffrant d’aplasie médullaire (arrêt du fonctionnement de la moelle osseuse), de l’anémie de Fanconi (défaillance progressive et sévère de la moelle osseuse), de la drépanocytose ou encore de la bêta-thalassémie, sont également des candidats pouvant recevoir un don de moelle osseuse. 

Qui peut donner ?

Tout le monde. En effet, n’importe qui peut devenir volontaire au don mais doit tout de même respecter quelques conditions : 

  • être en parfaite santé
  • avoir plus de 18 ans et moins de 51 ans lors de l’inscription (même si l’on peut donner jusqu’à 60 ans)
  • accepter de répondre à un questionnaire de santé et faire une prise de sang 

Certaines contre-indications médicales peuvent cependant rendre le don impossible. Pour les connaître : www.dondemoelleosseuse.fr/contre-indications

Il faut savoir qu’un don de moelle osseuse ne va pas au premier malade en ayant besoin. Il faut que le donneur et le receveur soient compatibles. C’est la similitude entre deux « cartes d’identité biologiques » qui détermine la compatibilité entre deux personnes. D’après les chercheurs, un malade a 1 chance sur 4 d’être compatible avec un frère ou une sœur tandis qu’il a 1 chance sur 1 million d’être compatible avec un individu lambda. C’est pourquoi l’inscription au registre France Greffe de Moelle est très importante : elle représente une chance supplémentaire de guérison aux malades car il est plus facile de trouver un donneur compatible lorsque ceux-ci sont répertoriés.

En France, plus de 2.000 malades par an ont besoin d’une greffe mais seulement 2.000 par an sont réalisées dans le monde ! L’hexagone compte actuellement environ 240.000 donneurs tandis que nos voisins allemands en dénombrent 4,5 millions.

Les idées fausses à oublier

  • « La moelle osseuse est prélevée dans la colonne vertébrale. » FauxIl ne faut pas confondre moelle osseuse et moelle épinière !
  • « Il est facile de trouver un donneur compatible. » Faux : La probabilité de trouver deux individus compatibles en dehors de la fratrie est de 1 chance sur 1 million.
  • « Tout le monde peut faire un don de moelle osseuse, sans condition. » Faux : Comme évoqué plus haut, des contre-indications existent afin de ne pas mettre en danger le donneur et le receveur.
  • « Donner sa moelle osseuse plusieurs fois est impossible. » Faux. 
  • « Quand la compatibilité avec un malade est trouvée, il faut se rendre disponible immédiatement. » Faux : Il s’écoule entre un et trois mois afin d’avoir le temps de faire des examens complémentaires. 

Pour en savoir plus : www.dondemoelleosseuse.fr ; www.lasapaudia.com

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.26
ciel dégagé
le 18/09 à 12h00
Vent
4.51 m/s
Pression
1020.63 hPa
Humidité
45 %

Sondage