Alerte Témoin

Emmanuel Macron : son mouvement, son programme...

Publié le 08/05/2017 - 08:50
Mis à jour le 08/05/2017 - 10:55

Le candidat du jeune mouvement "En Marche !" devient, à 39 ans,  le 8e président de la Ve République. Il l'emporte, avec 66,1 % des suffrages face à Marine Le Pen à 39,9%  selon les derniers chiffres du ministère de l'intérieur. 

66,1%

  • Le taux de participation (hors français à l’étranger) s’est élevé à 75,34% des électeurs inscrits lors de ce second tour. Il était de 78,69% au premier tour sur le même périmètre. 

L'investiture du nouveau président de la République devra avoir lieu au plus tard le 14 mai 2017, date d'expiration du mandat de son prédécesseur. 

Le président fondateur d’En Marche ! a lancé  son mouvement le 6 avril 2016 Il souhaite  “réconcilier" la France”. “Je veux dès à présent construire une majorité de gouvernement et de transformation nouvelle”, affirmait Emmanuel Macron à l'issue du premier tour le 23 avril dernier.

Dans la nuit du 5 au 6 avril (2016), avant de lancer En Marche ! , on discutait avec Emmanuel”, se souvient Richard Ferrand, secrétaire général du parti et soutien de la première heure. “Je lui ai dit : où ça nous mènera tout ça ? Il m’a répondu : on verra, si ça répond à un besoin…”. Plus d’un an plus tard, après avoir “pris (s)on risque” comme il aime à le souligner, la réponse est là. 

En marche vers… le 3e tour !

Le défi pour Emmanuel Macron sera de se doter d'une majorité. En ligne de mire, les élections législatives des 11 et 18 juin 2017 pour une nouvelle assemblée.  “Elle sera faite de nouveaux visages, de nouveaux talents. Chacune et chacun peut y avoir sa place. Je ne demanderai pas à ceux qui me rejoignent d’où ils viennent mais s’ils sont d’accord

Dévoiler de nouveaux profils de députés donnera aussi des gages supplémentaires de solidité d’En Marche ! , dont la croissance exponentielle en très peu de temps l’apparente à une startup florissante, avec 80 salariés et environ 150 bénévoles.

 Les principales mesures du programme de Macron

Emmanuel Macron a promis s'il est élu de s'engager sur six chantiers: réforme de l'école, "société du travail", modernisation de l'économie, sécurité, stratégie internationale et moralisation de la vie publique. En voici les principales mesures. 

MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE/ DÉMOCRATIE

  • interdiction pour les parlementaires d'exercer des activités de conseil
  • fiscalisation de l'intégralité de la rémunération des parlementaires
  • fin du régime spécial de retraite des parlementaires
  • interdiction pour les parlementaires d'employer des proches ou des membres de leur famille
  • interdiction de cumuler de plus de trois mandats identiques successifs
  • interdiction pour tous les détenteurs d'un casier judiciaire (niveau B2) de se présenter à une élection
  • réduction d'un tiers du nombre de parlementaires
  • utilisation le plus souvent possible de la procédure d'urgence pour examiner les textes législatifs

TRAVAIL

  • organisation "de la vie économique et sociale au niveau de la branche et de l'entreprise"
  • instauration d'un bonus/malus pour les entreprises abusant des CDD courts
  • création d'un système universel d'assurancechômage financé par l'impôt et piloté par l'Etat
  • hausse de la prime d'activité de 50 %
  • suspension du versement des allocations chômage après le refus de plus de deux offres pour un emploi "décent"
  • suppression de la totalité des charges "générales" au niveau du SMIC. Pour tous les salaires: suppression des cotisations maladie et des cotisations chômage grâce à une augmentation de 1,7 point de la CSG, en protégeant les chômeurs et 40 % des retraités les plus modestes
  • rétablissement des exonérations de cotisation sociales sur les heures supplémentaires
  • suppression du Régime social des indépendants (RSI)

ÉCONOMIE/NOUVEAU MODÈLE DE CROISSANCE

  • plan d'investissement de 50 milliards d'euros (dont 15 pour la formation, 15 pour la transition écologique)
  • baisse de l'impôt sur les sociétés de 33,3 à 25 %
  • transformation de l'ISF en "Impôt sur la fortune immobilière" (excluant le patrimoine financier)
  •  création d'un prélèvement unique sur les revenus du capital, de l'ordre de 30 %
  •  prime de 1.000 euros pour l'achat d'un véhicule moins polluant, neuf ou d'occasion
  •  rénovation d'un million de logements mal isolés
  •  50 % d'aliments bio, écologiques ou issus des circuits courts dans les cantines scolaires ou d'entreprises d'ici 2022
  •  réduction à 50 % de "la part du nucléaire dans (la) production d'énergie"

ÉDUCATION

  •  autonomie pour les écoles "en termes de recrutement" au niveau pédagogique
  • prime de 3.000 euros nets par an pour les enseignants en zone prioritaire Rep+
  •  dans ces zones, pas plus de 12 élèves par enseignant en CPCE1
  •  création de 4.000 à 5.000 postes d'enseignants
  •  rétablissement des classes bilangues, des sections européennes
  •  rétablissement des études dirigées
  •  interdiction de l'usage des téléphones portables au collège et à l'école primaire
  •  modernisation du baccalauréat en limitant l'examen final à quatre matières obligatoires
  •  les universités pourront recruter leurs enseignants et définir leurs formations
  •  enseignement sur le fait religieux à l'école

 SÉCURITÉ

  •  création d'une "police de sécurité quotidienne"
  •  création de 10.000 postes de policiers et gendarmes
  •  création d'une injonction d'éloignement du territoire des délinquants, sous le contrôle du juge
  •  toute peine prononcée sera exécutée
  •  15.000 nouvelles places de prison
  •  augmentation du budget de la Défense à 2 % du PIB
  •  création d'un étatmajor centralisé du renseignement rapportant directement au Conseil de défense auprès du président de la République
  •  création de centres pénitentiaires dédiés aux "foreign fighters" (combattants étrangers)

EUROPE

  •  limiter à un an la durée autorisée de séjour d'un travailleur détaché
  •  création d'une force de 5.000 gardefrontières avec les partenaires européens
  •  imposer les grands groupes internet sur leur chiffre d'affaires réalisé en France
  •  mise en place d'un budget de la zone euro avec un Parlement et un ministre de l'Économie et des Finances de la zone euro
  •  réserver l'accès aux marchés publics européens aux entreprises localisant au moins la moitié de leur production en Europe
  •  création d'un Fonds européen de défense qui financera les équipements militaires communs et d'un Quartier général européen permanent
  •  mise en place d'un mécanisme de contrôle des investissements étrangers en Europe pour préserver les secteurs stratégiques
  •  lancement dans toute l'Union européenne, après les élections allemandes de l'automne 2017, de conventions démocratiques, qui aboutiront à un projet adopté par tous les pays le souhaitant.

 MAIS AUSSI

  •  mise en place d'un système de retraites universel "avec des règles communes de calcul"
  •  exonération en trois ans de la taxe d'habitation pour 80 % des foyers, pour un coût global de 10 milliards d'euros
  •  revalorisation de 100 euros par mois de l'allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse
  • création d'un versement social unique (APL, RSA...)
  •  prise en charge à 100 % des lunettes et prothèses auditives et dentaires d'ici 2022
  •  système à points pour l'attribution des logements sociaux
  •  Pass culture d'un montant de 500 euros pour chaque Français de 18 ans
  •  examen des demandes d'asile en moins de 6 mois, recours compris

  

Les précédents présidents sont :  

  • 2012-2017 : François Hollande (socialiste)
  • 2007-2012: Nicolas Sarkozy (droite)
  • 1995-2007: Jacques Chirac (droite), qui a enchaîné un septennat et un quinquennat 
  • 1981-1995 : le socialiste François Mitterrand, qui a effectué deux mandats de sept ans

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

emmanuel macron

Présidentielle : B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle « ne partage pas ses propositions »

La députée PS,  qui se représente aux prochaines élections législatives dans la première circonscription du Doubs,  salue la victoire d'Emmanuel Macron sur le Front National. Mais pour Barbara Romagnan, la progression du FN, le taux d'abstentions, le nombre de votes blancs et nuls, sont autant d'indicateurs d'une perte de confiance. "C’est en effet, une partie des laissés-pour-compte qui s’est exprimée par ce vote" précise-t-elle dans un communiqué. 

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du "premier président de la Ve République issu d'un mouvement citoyen…". Au lendemain de l'élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l'histoire qui se tourne.  

Présidentielle 2017 : la réaction de Sophie Montel (FN)

La députée européenne et conseillère régionale Sophie Montel se dit satisfaite de voir les scores du FN continuer à augmenter "élection après élection" notamment en Bourgogne Franche-Comté. "Le front républicain est mort (…) les gens vont nous rejoindre" a-t-elle déclaré.

Politique

Conseil Municipal à venir : « les feuilles de route se construisent avec les objectifs proches des axes de notre programme » (A. Vignot)

Installé le 3 juillet dernier, le nouveau conseil municipal affiche 55 conseillers municipaux qui siégeront jusqu'en 2026 (voir notre article). Ce 15 juillet 2020, le premier Conseil Municipal sera l'occasion de faire le bilan de la crise sanitaire, mais également d'évoquer des thèmes chers à la nouvelle maire ainsi que les orientations budgétaires et le budget primitif 2020...

Quels élus pour le futur bureau exécutif de Grand Besançon Métropole ?

Les 123 élus du conseil communautaire de Grand Besançon Métropole se réuniront le jeudi 16 juillet 2020 au palais des sports de Besançon en vue de l'élection des membres du bureau :  président, vice-présidents et conseillers communautaires délégués. Ils formeront le bureau exécutif de la communauté urbaine. A l'issue du vote, Anne Vignot devrait être élue présidente. Gabriel Baulieu, maire de Serre-les-Sapins, devrait quant à lui être reconduit au poste de premier vice-président.

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n’est peut-être pas là où on le croit…

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

Vivez en direct le conseil municipal d’installation

Diaporama • L'heure est historique pour Besançon. Après trois mandats et 19 ans à la tête de Besançon, Jean-Louis Fousseret va laisser son siège à la première femme-maire de Besançon qui sera également la toute première maire écologiste. Après le rappel des résultats, les  55 nouveaux conseillers municipaux éliront ensuite Mme la Maire.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     21.72
    légère pluie
    le 14/07 à 18h00
    Vent
    2.05 m/s
    Pression
    1013 hPa
    Humidité
    58 %

    Sondage