Exposition de salariés à l’amiante : 60.000 euros requis contre l’hôpital de Besançon

Publié le 29/09/2016 - 11:01
Mis à jour le 01/10/2016 - 09:49

 Une peine de 60.000 euros a été requise ce jeudi 29 septembre 2016  à l'encontre de l'hôpital de Besançon pour avoir mis en danger la vie de ses salariés en les exposant délibérément à l'amiante pendant plus de 4 ans. Le jugement a été mis en délibèré au 30 novembre 2016.

dsc_7536.jpg
© damien poirer
PUBLICITÉ

Le centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Besançon avait une « connaissance parfaite des risques que prenaient les salariés » amenés à travailler dans des locaux amiantés et « rien n’a été fait » pour les informer et les former, a dénoncé la procureure Edwige Roux-Morizot. « Le plus grave a été de laisser des salariés, sans qu’ils le sachent, intervenir dans des lieux où ils risquaient la mort, où ils risquaient la maladie », a-t-elle souligné avant de requérir une peine de 60.000 euros.

C’est la première fois en France qu’un établissement public, et de surcroît un hôpital, est jugé pour « mise en danger » de ses salariés concernant le risque amiante. La présence d’amiante à l’hôpital Jean Minjoz a été clairement établie en 2006 et des travaux de désamiantage ont débuté en 2009. L’établissement est poursuivi pour « mise en danger d’autrui par violation manifeste et délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité », d’avril 2009 à juin 2013.

Une cinquantaine de salariés du centre hospitalier, ainsi que les syndicats CFDT, CGT, FO, SUD, le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail et l’Andeva (Association nationale de défense des victimes de l’amiante) se sont portés partie civile.

Info + 

Le CHRU encourt une peine maximale de 75.000 euros. Jusqu’à présent, un seul salarié du centre hospitalier régional, parti en retraite en 1995, a été diagnostiqué malade de l’amiante, selon l’intersyndicale. Il n’est pas concerné par ce procès.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

amiante chu besançon

Amiante : le CHU de Besançon fait appel

Ce mercredi 30 novembre 2016, le Tribunal Correctionnel de Besançon a rendu son verdict concernant l’affaire de l’amiante au sein du CHU bisontin. L’hôpital condamné à 40 000 euros d'amende, a également été relaxé pour certaines infractions, selon l’institution, c’est un "jugement ambigu".

Amiante au CHU : un jugement en demi-teinte selon les syndicats

Le Tribunal correctionnel de Besançon a rendu ce mercredi 30 novembre 2016 son jugement. Le CHU Jean Minjoz a été condamné à 40 000 euros d’amende pour "mise en danger délibérée de la vie de ses salariés concernant le risque amiante". Selon les syndicats CFDT, CGT, FO, SUD du CHRU de Besançon c’est un verdict en "demi-teinte".

L’hôpital de Besançon reconnu coupable d’avoir délibérément exposé des salariés à l’amiante

Le centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon a été reconnu coupable ce mercredi 30 novembre 2016 d'avoir mis en danger la vie d'une quarantaine de salariés en les exposant délibérément à l'amiante pendant plus de 4 ans et condamné à une amende, une première en France.  Le tribunal correctionnel de Besançon a condamné le CHU Jean Minjoz à 40.000 euros d'amende avec sursis. Le parquet avait requis 60.000 euros d'amende lors de l'audience en septembre dernier.

Amiante : audience reportée et travaux prévus jusqu’en 2020 au CHRU

Le CHRU Jean Minjoz était cité à comparaître les 15 et 16 juin 2016 auprès du Tribunal correctionnel de Besançon pour "mise en danger délibérée d’autrui", suite aux plaintes d’une cinquantaine d’agents techniques entre 2010 et 2013 affirmant avoir travaillé dans des zones amiantées. L’audience est renvoyée au 28 et 29 septembre 2016

Amiante : le CHU de Besançon réfute les accusations

Suite aux plaintes d’une cinquantaine d’agents techniques entre 2010 et 2013, le CHU Jean Minjoz est cité à comparaitre les 15 et 16 juin 2016 auprès du tribunal correctionnel de Besançon pour "mise en danger délibérée de la vie d’autrui" . L’hôpital a publié ce mercredi 4 mai 2016 un communiqué dans lequel il réfute ces accusations.

Dans la catégorie

Deux Gilets jaunes condamnés pour acte de cruauté envers un animal dans le Jura

Deux individus âgés d'une vingtaine d'années ont été condamnés à un stage de citoyenneté et deux mois de prison (en cas de non respect du stage) vendredi 8 mars 2019 au tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier pour avoir torturé un mouton à coups de pelle et de fourche. Les deux individus qui portaient un gilet jaune lors de leurs actes en décembre 2018.

Viols sur mineurs : 10 ans de réclusion pour l’ancien entraîneur de rugby

Le verdict est tombé dans la soirée. Un ancien entraîneur d'un club rural de rugby dans le Doubs a été condamné mercredi 6 mars 2019 par les jurés de la cour d'assises du Doubs à 10 ans de réclusion pour viols et agressions sexuelles sur deux joueurs mineurs au moment des faits entre 2003 et 2006. Étienne Manteaux, le procureur de Besançon avait requis huit années de réclusion.

Agression à la prison de Condé-sur-Sarthe : le détenu avait menacé d’égorger un surveillant à Besançon il y 3 ans

Deux surveillants pénitentiaires de la prison de Condé-sur-Sarthe ont été victimes d'une attaque au couteau par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, mardi 5 mars 2019. Ce même détenu avait menacé d'égorger un surveillant à la maison d'arrêt de Besançon en 2016 selon une info France Bleu Besançon.

Cantine : la Ville de Besançon déboutée par la cour administrative d’appel de Nancy

L'accès à la cantine est un droit. La cour administrative d'appel de Nancy a rejeté mardi 5 février 2019 l'appel de la ville suite à sa condamnation par le tribunal administratif de Besançon (7 décembre 2017) pour avoir refusé d'inscrire un petit garçon à la cantine à la rentrée 2017. La Ville de Besançon n'exclut pas désormais de saisir le Conseil d'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.13
ciel dégagé
le 21/03 à 3h00
Vent
2.41 m/s
Pression
1033.17 hPa
Humidité
83 %

Sondage