Gaspillage alimentaire : le Sénat autorise les supermarchés à distribuer les invendus

Publié le 13/04/2015 - 14:19
Mis à jour le 13/04/2015 - 14:19

Le Sénat a autorisé vendredi10 avril 2015, à l’unanimité, les supermarchés à distribuer les invendus alimentaires à des associations, à l’occasion de l’examen sur le projet de loi Macron.

leclerc_obst.jpg
©Bordeaux on de.wikipedia - Eigenes Werk - CC BY-SA 3.0 - http://de.wikipedia.org/wiki/SB-Warenhaus#/media/File:Leclerc_Obst.JPG

Enfin !

PUBLICITÉ

Les sénateurs ont adopté, sous les applaudissements, un amendement centriste défendu par Nathalie Goulet permettant aux magasins de commerce de détail, d’une surface supérieure à 1 000 mètres carrés, de « mettre en place une convention d’organisation de la collecte sécurisée des denrées alimentaires invendues encore consommables au profit d’une ou plusieurs associations d’aide alimentaire ». 

Pour que cette disposition puisse entrer en vigueur, il faut qu’elle soit également votée à l’Assemblée nationale. « Chaque jour, de 20 à 40 kg de nourritures sont jetés par chaque supermarché alors que des gens, en France, ne peuvent pas, faute de moyens, se nourrir« , a déclaré la sénatrice de l’Orne.  Elle a souligné qu’un élu de Courbevoie (Hauts-de-Seine), Arash Derambarsh, a mené une expérience dans sa ville où il a pu distribuer chaque jour plus de 500 euros de nourriture. 

Pour sa part, Michel Magras (UMP) a rappelé le député Frédéric Lefebvre avait déjà déposé cet amendement à l’Assemblée nationale, mais qu’il n’avait pas été adopté à la demande du gouvernement. 

De son côté, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a souligné qu’un rapport avait été demandé au député PS Guillaume Garot et qu’il sera remis le 15 avril. « Je vous demanderai donc d’attendre ce rapport », a-t-il dit sans être suivi par les sénateurs. 

Quelque 1 700 amendements ont été déposés sur l’ensemble du texte dont l’examen va durer jusqu’au 18 avril. Il fera l’objet d’un vote solennel le 6 mai. Le gouvernement a demandé la procédure accélérée, c’est-à-dire une lecture par chambre. 

« C’est un travail de terrain fait à Courbevoie qui trouve son aboutissement au Sénat », a déclaré à l’AFP M. Derambarsh qui a lancé en faveur de cet amendement une pétition qui a reçu 170 000 signatures. « Cet amendement permet de responsabiliser les enseignes », a-t-il ajouté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.31
forte pluie
le 19/10 à 18h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1007.51 hPa
Humidité
98 %

Sondage