GE Belfort : 200 salariés ralentissent la sortie d'une turbine pour dénoncer "le carnage industriel"

Publié le 24/09/2020 - 16:11
Mis à jour le 24/09/2020 - 16:11

Quelque 200 salariés de General Electric, selon la police, ont perturbé ce jeudi 24 septembre 2020 la sortie d’une turbine à gaz du site de Belfort pour manifester contre l’annonce d’un nouveau plan social prévoyant le suppression de 753 postes en France.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

Habillés de noir, ils ont organisé un cortège funèbre et se sont allongés devant une turbine à gaz 9E en partance pour Oman "pour illustrer le carnage
industriel" à l'oeuvre, a expliqué Philippe Petitcolin, délégué syndicat CFE-CGC de l'entité turbines à gaz. "La mort arrive", a renchéri Damien Fontanive, délégué syndical CFDT.

Début septembre, la direction du géant américain a annoncé son intention de restructurer ses divisions européennes d'équipements pour barrages (Hydro) et de réseaux électriques (Grids). Selon des sources syndicales, 753 postes sont menacés en France, dont plus de 80 à Belfort dans l'activité Hydro vouée à la fermeture.

GE a mis en avant "des pertes financières importantes" dans ces deux activités, en difficulté depuis plusieurs années. Selon le délégué CGT Cyril Caritey, on assiste à "un désengagement progressif de GE en France et en Europe". Le syndicaliste souhaite la tenue d'un "débat sur l'avenir industriel dans l'énergie". "Aujourd'hui, c'est l'entité Hydro, hier c'était Gaz, demain ce sera Steam. Toutes les entités de Belfort sont menacées" par des suppressions de postes à venir, prévient Philippe Petitcolin, qui appelle à la création "d'un nouveau champion mondial de l'énergie à Belfort".

Mardi, les discussions entre les représentants du personnel du site de Belfort et la direction ont tourné court, alors que les formations syndicales cherchaient à soumettre une contre-proposition. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a prévenu début septembre qu'il n'accepterait pas de décision "d'aubaine" en pleine crise du Covid-19.

En 2019, le site GE de Belfort avait été largement affecté par un plan social touchant l'entité turbines à gaz, où 485 postes avaient été supprimés. Les effectifs du site belfortain sont descendus à environ 3.000 salariés, contre plus de 4.000 lors du rachat, en 2014.

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Journée mondiale de solidarité pour la migraine : zoom sur le traitement de la maladie en Bourgogne – Franche-Comté

Le 21 juin 2024, comme tous les ans, c’est la journée mondiale de solidarité pour la migraine. Pour l’occasion, l’association La Voix des migraineux et l’institut de sondage Opnion Way, ont soutenu une initiative de la société pharmaceutique Pfizer. Ainsi, plus de 4.000 personnes en France ont été interrogées sur le thème des migraines, laissant apparaitre des différences selon les régions…

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Marche des croquettes à Besançon : un kilomètre parcouru, un repas offert aux animaux des refuges

C’est en soutien aux refuges accueillant les animaux abandonnés que l’association Lianes (Lien avec l’animal et contre l’exclusion sociale), organise une marche solidaire : la Marche aux croquettes. A l’initiative de Solidarité Peuple Animal, ellese déroulera mercredi 3 juillet 2024.

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Problèmes de management : nouvel appel à la grève aux musée des Arts et du Temps à Besançon

Après un premier mouvement de grève le 12 avril dernier, des agents des musées des Arts et du Temps de Besançon se mettront de nouveau en grève vendredi 31 mai 2024. Malgré des signalements à des élues de la maire concernant des problèmes de management de la part de leur directrice, les syndicats déplorent leur inaction.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.32
partiellement nuageux
le 16/07 à 06h00
Vent
2.99 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
97 %