Gilles Dreydemy, déjà au travail

Publié le 13/03/2009 - 22:35
Mis à jour le 13/03/2009 - 22:35

Bien qu’il n’ait pris ses fonctions que début mars 2009, Gilles Dreydemy, le nouveau directeur de l’office de tourisme de Besançon, a déjà élaboré, en lien avec la Ville, des objectifs à mettre en place d’ici l’été et va parallèlement bâtir un véritable schéma de développement touristique.

1236980421.jpg
Jean-François Girard et Gilles Dreydemy dans la rue Battant©miss.dom
PUBLICITÉ
Arrivé dans la capitale comtoise au début de ce mois et souhaitant que l’office de tourisme soit rapidement considéré comme un réel acteur de l’économie locale, Gilles Dreydemy a déjà défini des actions à mettre en place immédiatement, en accord avec Jean-François Girard, adjoint au maire de Besançon, en charge du tourisme, des congrès et de la Citadelle et par ailleurs président de l’office de tourisme et des congrès. Et notamment celle de se recentrer. «La priorité des priorités pour l’office de tourisme est de revenir sur son cœur de métier qui est l’accueil et l’information des touristes, et accessoirement l’accueil et l’information des Bisontins, en délivrant des indications vraiment fiables. Nous devons faire des efforts pour que l’ensemble de l’équipe aille dans le sens d’une qualité accrue pour répondre à la demande du client qui aujourd’hui veut toujours plus de personnalisation», a-t-il précisé.

Des brigades mobiles
L’office de tourisme va aussi aller au devant du client en installant dès le mois de juin un point d’accueil au cœur de la Boucle, au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, et en créant des points d’information mobiles en juillet et août là où arrive le touriste, soit à la Gare Viotte et sur les parkings Battant et Chamars. Des jeunes spécialement recrutés et se déplaçant probablement à vélo y donneront tous les renseignements nécessaires aux touristes tout en recueillant des éléments statistiques sur leur origine et leurs demandes en vue de pouvoir mieux cibler à l’avenir cette clientèle.

On n’est pas en face des poteaux
Autres nouveautés, effectives dès cet été :  la création d’un pass intersites permettant de visiter la Citadelle, le musée du Temps et celui des Beaux-Arts et d’Archéologie pour 8,20 euros et, sans doute, d’obtenir des réductions chez certains partenaires ; le réaménagement du pavillon d’octroi de Chamars en caisse pour acheter son billet d’entrée à la Citadelle lorsque fonctionnent les navettes depuis Chamars ; la présence d’un guide en permanence à l’office de tourisme qui pourra partir en visite de ville dès qu’il y a une demande, même pour une personne.
«Le patrimoine mondial, c’est un essai qui a été marqué, maintenant il faut le transformer et l’on n’est pas encore en face des poteaux. Il y a des difficultés qu’il va falloir surmonter. L’une des difficultés majeures, ce sont les moyens. Dans la mesure où nous avons des moyens limités, ne nous dispersons pas mais essayons d’aller au plus juste de ce que demande la clientèle. Nous ne devons pas rater cette saison 2009 mais elle va être pour nous une année test. Nous ferons le bilan de tout ce que l’on aura mis en oeuvre et ajusterons en fin d’année pour 2010», explique-t-il.

Une véritable stratégie
Parallèlement à ces projets à court terme, Gilles Dreydemy souhaite bâtir un véritable schéma de développement touristique sur la base d’objectifs définis par les élus et validés par les professionnels, ainsi qu’une véritable stratégie marketing. «Cette stratégie devra impérativement refléter ce que nous sommes, nos valeurs, nos traditions, notre identité. Un audit « identitaire» pourra être proposé et constituera une donnée d’entrée essentielle pour renforcer le positionnement de notre territoire». Il envisage également de bâtir «un véritable plan de communication qui devra être une déclinaison c’est à dire le volet tourisme du plan de communication de la ville de Besançon».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.95
ciel dégagé
le 23/08 à 18h00
Vent
3.21 m/s
Pression
1020.55 hPa
Humidité
74 %

Sondage