Polyclinique de Franche-Comté : "une situation d’étranglement économique" selon la direction

Publié le 01/03/2017 - 14:17
Mis à jour le 01/03/2017 - 18:22

Depuis mardi 28 février 2017, le personnel de la Polyclinique de Franche-Comté à Besançon est en grève, et ce jusqu'à ce soir, 20 heures. En cause : "la dégradation des conditions de travail et de rémunération". Selon la directrice, Raphaëlle Remoleur, "la Polyclinique de Franche-Comté subit depuis plusieurs années une situation d’étranglement économique, qui engendre un déficit chronique malgré une activité qui n’a cessé de croitre." 

polyclinique_de_francacaad.jpg
©Polyclinique de Franche-Comté ©

Raphaëlle Remoleur explique dans un communiqué que "Les établissements de santé publics et privés vivent depuis plusieurs années dans un environnement économique défavorable. Ceci se traduit par une baisse continue des tarifs fixés par l’État et une progression constante des charges liées à l’inflation, à la pression règlementaire et aux nouvelles techniques médicales plus couteuses. Une grande partie du secteur des cliniques et des hôpitaux se trouve ainsi en difficulté." 

"Une perte moyenne de 1 million d'euros par an depuis 5 ans" 

Dans ce contexte, la Polyclinique de Franche-Comté "subit depuis plusieurs années une situation d’étranglement économique, qui engendre un déficit chronique malgré une activité qui n’a cessé de croitre. Ainsi, la clinique accuse une perte moyenne de 1 million d’euros par an depuis 5 ans." 

Face à cette situation, la direction dit s'être engagée "de façon responsable dans de nombreuses actions dans le but d’améliorer la situation économique" de l’établissement. "La renégociation des accords salariaux en vigueur dans l’établissement constitue l’une des actions nécessaires à ce redressement", précise-t-elle. 

"L’enjeu de retour à l’équilibre dans cet établissement est la pérennité des activités et la sauvegarde de l’emploi" 

Des discussions, impliquant l’ensemble des salariés et leurs représentants, "ont permis d’aboutir à une proposition d’accord équilibré, qui prévoit le maintien d’une très large majorité des avantages précédents, plus favorables que les conditions prévues par la convention collective qui régit le secteur", explique Raphaëlle Ramoleur, "L’enjeu de retour à l’équilibre dans cet établissement mutualiste à but non lucratif, est la pérennité des activités et la sauvegarde de l’emploi." 

Dès ce mercredi 1er mars, c’est autour de ces objectifs que la direction "s’engage à poursuivre les discussions avec les représentants du personnel."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.3
légère pluie
le 01/12 à 12h00
Vent
2.47 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
98 %

Sondage