Grève à l’hôpital de Baume-les-Dames

Publié le 17/12/2015 - 15:08
Mis à jour le 17/12/2015 - 15:08

Le Centre hospitalier de Baume les Dames poursuit son mouvement de grève ce vendredi 18 décembre, d'après une information syndicale, afin de dénoncer la suppression des RTT et des postes liés aux restrictions budgétaires.

2014-01-22-illustration_medecin.jpg
©www.photl.com

Moins 12 minutes de soins aux patients

PUBLICITÉ

« L’Agence régionale de santé impose à tous les hôpitaux des réductions budgétaires. Pour le CH de Baume les Dames c’est l’équivalent de cinq postes qui vont se traduire par une réduction journalière de 12 minutes de soin au patient », expliquent des représentants locaux de Force Ouvrière dans un communiqué.

Le syndicat appelle les salariés et la population à se mobiliser ce vendredi 18 décembre, dans la cour de l’hôpital à 10 h 30. « Aujourd’hui, on démantèle le CH de Baume les Dames, centre hospitalier de proximité, demain ce sera à plus grande échelle », conclut-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.17
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage