Interventions "bavardes", amendements "fantômes", technique de "la moule au rocher" : les "mauvaises pratiques" de députés épinglées

Publié le 01/04/2019 - 15:31
Mis à jour le 01/04/2019 - 15:31

Interventions "bavardes", amendements "fantômes", épidémie de "questionnite aiguë", technique de "la moule à rocher" dans l'hémicycle: un rapport jeudi du site Projet Arcadie détaille les méthodes de députés pour "gonfler" leurs statistiques de présence et donner "l'illusion du travail accompli".

© assemblée nationale  ©
© assemblée nationale ©

Si la défiance des Français envers leurs députés "est souvent injustifiée" et s'explique "principalement par une méconnaissance profonde des institutions", certaines "mauvaises pratiques de +l'ancien monde+ persistent", selon cette étude.

Cette base de données internet sur les parlementaires pointe les classements, dans la presse, de l'assiduité des élus qui ne reflètent pas leur activité "réelle" puisqu'une partie de celle-ci, exercée en dehors de l'hémicycle, (travail en circonscription, groupes d'études...) est "inquantifiable".

Ces classements, comme ceux réalisés à partir des données du collectif Regards citoyens sur "nosdeputes.fr", se basent "majoritairement" sur les comptes-rendus de séance et le nombre d'amendements. Conséquence: ils sont "une prime au bavardage" et ont fait "de gros dégâts" sur "le comportement général" des députés, explique Projet Arcadie qui a épluché des données en ligne et interrogé plus d'une centaine d'élus. A l'occasion de la publication d'un classement en décembre 2017 dans le magazine Capital, des députés "disciplinés" mais discrets, s'étaient vus "taxés d'absentéisme" et ont répliqué en adoptant des attitudes "peu vertueuses".

"On a pu assister à des multiplications d'interventions bavardes en séance, à une augmentation exponentielle du nombre d'inscrits (pour des prises de parole) sur des articles, à des rappels au règlement et demandes de suspension de séance", note Projet Arcadie.

Certaines astuces consistent à déposer des amendements "fantômes", que personne ne défend. "Sur les 80.840 amendements déposés (depuis le début de la législature) et recensés au 21 mars 2019 (...) 15% sont indiqués comme non-renseignés et 18% ne sont pas soutenus" en commission ou dans l'hémicycle, détaille Projet Arcadie. Demander un rapport ou la suppression d'un article est un autre moyen d'accroître sa productivité "facilement".

Certains députés, atteints de "questionnite aiguë", multiplient les questions écrites au gouvernement sur des sujets précis.

Une autre technique, "la moule à rocher", consiste à se rapprocher des micros dans l'hémicycle "afin d'être entendu et enregistré", lorsque l'on critique l'intervention d'un collègue.

Pour contrer ces pratiques, Projet Arcadie préconise "des efforts de communication" de l'Assemblée, notant qu'une part du travail parlementaire (groupes d'études, missions d'information...) "manque de publicité". Et "les députés ont aussi un rôle à jouer dans ce combat" pour mettre en valeur leur travail. Des réflexions sont menées par l'institution.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.75
ciel dégagé
le 27/02 à 21h00
Vent
5.65 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
58 %

Sondage