Jean-François Humbert: « En politique, il ne faut jamais dire jamais"

Publié le 12/12/2011 - 09:23
Mis à jour le 13/12/2011 - 20:14

Quand il ne visite pas les maires du Doubs, il vole de capitales en capitales. Loin de ses anciennes relations de l’UMP du Doubs, le sénateur Jean-François Humbert n’a pas oublié que l’Europe était l’un des principes fondateurs de son entrée en politique. Sur la suite de sa carrière politique, il reste très évasif.

dsc_3640.jpg
Jean-François Humbert, un électron libre en politique @archives carvy
PUBLICITÉ

Réélu de justesse au Sénat en 2008, Jean-François Humbert s’est fait relativement discret depuis. On ne l’a même pas vu aux différentes inaugurations liées à l’arrivée du TGV Rhin-Rhône. Pourtant, en tant que président de la Région de 1998 à 2004, il a contribué à faire avancer le projet.

« Les ouvriers de la cinquième heure étaient très nombreux pour couper les rubans. Heureusement que Jean-Pierre Chevènement nous a cités dans le livre édité par Réseau Ferré de France, Pierre Chantelat et moi, sinon on seraient passés à la trappe », relève Jean-François Humbert qui s’est fendu d’un « courrier d’explication » à Xavier Gruz, directeur du projet de la LGV Rhin-Rhône. C’est donc délibérément que le sénateur du Doubs a boycotté les nombreuses cérémonies inaugurales. Quant à la visite présidentielle de septembre, pour laquelle il aurait fait une exception, il était bloqué au Sénat pour une intervention relative à la Grèce. Et pour cause…

L’Europe et… le Doubs

Jean-François Humbert n’a pas délaissé sa passion pour l’Europe. « J’ai un engagement européen qui date d’avant-hier », rappelle-t-il, et c’est en toute logique qu’il a rejoint la Commission sénatoriale des Affaires européennes. Laquelle lui a confié de novembre 2010 à novembre 2011, des missions en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Grèce et en Italie.

Des voyages éclair de deux jours qui l’ont conforté dans ses convictions. « Certes, il y a des pays en difficulté, mais c’est précisément dans les circonstances difficiles qu’il faut resserrer les liens ». Une sortie de l’euro ? « On n’en est pas encore là et je crois fort aux solutions imaginées par Sarkozy et Merkel. Les autres doivent suivre ».

Mais le sénateur Humbert a un autre terrain de prédilection : le Doubs qu’il sillonne dans tous les sens depuis des années. Lors de son premier mandat de 1998 à 2008, il a fait quelque 3000 visites aux maires et aux grands électeurs du département. « Je considère qu’un mandat national doit s’accompagner de contacts réguliers avec ceux qui vous ont élu. Lors de mon premier mandat de sénateur j’ai visité cinq fois les 594 communes du Doubs. Je suis toujours très préoccupé de ce qui se passe dans le Doubs », se sent-il obligé de préciser, car il ne compte plus beaucoup d’amis politiques sur ces propres terres.

Un autre mandat ?

En répétant à qui veut l’entendre « qu’on ne change pas une équipe qui perd » à propos des responsables de l’UMP, il a fini par se faire quelques sérieux ennemis. « Moi, j’ai mon caractère et je ne renoncerai jamais à mes principes ». Il n’est d’ailleurs plus adhérent à l’UMP « locale ». Ce qui n’est pas le cas au Sénat où, grâce à Jean-Claude Gaudin, il a même obtenu un poste de secrétaire. Il peut ainsi assister aux réunions du bureau, un bon observatoire de la vie au quotidien au Palais du Luxembourg 

Et ce n’est pas le changement de majorité récent qui l’a affecté. « Ca parait anodin de la dire, mais je suis un vrai démocrate ». D’ailleurs ce n’est pas la première fois que ça lui arrive. Mais en 2004, lorsqu’il a perdu la Région au profit de Raymond Forni, ça n’a pas été sans conséquence sur le moral. Il a mis plusieurs années à s’en remettre.

Maintenant qu’il a passé le cap, envisage-t-il de nouveaux combats, comme celui de la mairie de Besançon à gauche depuis la guerre ? « En politique, il ne faut jamais dire jamais. Selon l’évolution de la situation, une autre activité politique pourrait m’intéresser ». En 2007, Jean-François Humbert n’avait pas été désigné par son parti pour se présenter dans la capitale régionale. Se sent-il aujourd’hui les épaules assez larges pour se lancer sous son seul nom ?

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Jacob (LR) veut interdire le port du voile lors des sorties scolaires

Le tout fraîchement élu président des Républicains Christian Jacob a réclamé ce lundi 14 octobre 2019 l'interdiction du port du voile lors des sorties scolaires, en réponse au débat relancé par un élu RN qui a pris à partie une mère voilée lors d'une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté vendredi.

Mère voilée au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté : M-G Dufay se « réserve le droit de porter plainte » et souhaite rencontrer la mère de famille

Mère voilée au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté : M-G Dufay se « réserve le droit de porter plainte » et souhaite rencontrer la mère de famille

Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie le 11 octobre une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, la présidente de Région Bourgogne Franche-Comté Marie-Guite Dufay indique dans un communiqué de ce lundi, qu'elle souhaite faire "un signalement au procureur de la République de tous les propos tenus tout au long de la session du conseil régional." Elle souhaite également rencontrer la mère de famille visée par l'élu RN "sans élu et sans presse".

Un nouveau président chez Les Républicains : une « foule dans nos bureaux de vote » à Besançon (LR)

Un nouveau président chez Les Républicains : une « foule dans nos bureaux de vote » à Besançon (LR)

Christian Jacob a été élu ce dimanche 13 octobre 2019 président des Républicains, devenant à cinq mois des municipales le patron d'un parti en crise profonde après deux années de délitement. A Besançon, "il y avait foule dans nos bureaux de vote et plus spécialement dans le bureau centralisateur à Besançon", précisent les membres LR :  "Dans notre Fédération le taux de 42% de participation était dépassé à 16h", est-il précisé.

Mère voilée au conseil régional Bourgogne Franche-Comté : Ndiaye et Blanquer condamnent l’élu RN

Mère voilée au conseil régional Bourgogne Franche-Comté : Ndiaye et Blanquer condamnent l’élu RN

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye et le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer ont condamné dimanche l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants.

Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté: un élu RN prenant à partie une femme voilée devant des écoliers

Conseil régional Bourgogne-Franche-Comté: un élu RN prenant à partie une femme voilée devant des écoliers

La vidéo d'un incident survenu vendredi au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, postée par un élu Rassemblement national (RN), où l'on voit ce dernier prendre à partie une femme voilée dans le public, est devenue virale sur Twitter samedi après-midi, où elle a été vue plus de 800.000 fois.

Municipales 2020 : Nicolas Bodin souhaite rejoindre l’Equipe

Municipales 2020 : Nicolas Bodin souhaite rejoindre l’Equipe

Sous réserve du vote de ses militants, Nicolas Bodin (PS) a décidé de rejoindre l'Equipe (union de gauche) ce jeudi 10 octobre 2019. Le parti Generation.s (crée par Benoît Hamon) ainsi que Barbara Romagnan ont également rejoint cette alliance hier soir. Qu'adviendra-t-il de la candidature PS de Nicolas Bodin ? Nous lui avons posé la question…

Municipales 2020 : Géneration.s rejoint l’Equipe 

Municipales 2020 : Géneration.s rejoint l’Equipe 

Après Europe Écologie les Verts, le PCF, ou encore "À Gauche Citoyen", c'est au tour des membres du parti Génération.s (parti créé par Benoit Hamon) dont Barbara Romagnan de rejoindre l'union de gauche aussi appelée l'Equipe depuis le 3 juillet dernier. Marcel Ferreol, référent Géneration.s nous explique ce choix politique à cinq mois des élections municipales de Besançon.

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

« Touche pas à nos paysans ! » : les agriculteurs manifestent depuis lundi en Franche-Comté

La Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles du Doubs (FDSEA 25) et les Jeunes Agriculteurs du Doubs (JA 25) ont décidé de se mobiliser lundi 7 octobre 2019 pour manifester leur "ras-le-bol" des politiques menées pour le secteur agricole en France. Ce mardi, des ralentissements ont été constatés en périphérie de Vesoul ainsi que sur les axes routiers N19 et N57. En Saône-et-Loire, plusieurs ralentissements ont été également été notés.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.29
légère pluie
le 15/10 à 15h00
Vent
4.493 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
97 %

Sondage