Jean-Louis Fousseret veut redevenir député

Publié le 19/09/2010 - 09:43
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:47

On savait depuis un moment que celà le démangeait. Il l’a confirmé ouvertement vendredi soir lors de sa première « conférence de presse de rentrée ». Autre confirmation, Jean-Louis Fousseret briguera un troisième mandat de maire en 2014.

 ©
©
Avec quatre kilos de moins, qu'il dit avoir perdu cet été, Jean-Louis Fousseret se sent donc des ailes. Agé de 63 ans -il aura un an de plus le 23 décembre- le maire de Besançon depuis 2001 veut absolument redevenir parlementaire. Il sera donc candidat en 2012.

Il a déjà été député de 1997 à 2002 dans la première circonscription du Doubs actuellement détenue par l'UMP Françoise Branget qui l'avait emporté de justesse contre Barbara Romagnan (50,15 % contre 49,85%), conseillère générale PS.

Si le PS valide la candidature de Jean-Louis Foussseret (il y en a déjà qui grincent sérieusement des dents...), il a des chances de retrouver son siège à l'Assemblée nationale à l'âge de 66 ans. Pour lui, comme pour bien d'autres politiques, voire tous les autres, la notion de pénibilité professionnelle apparait donc bien relative...

Maire d'une ville de 120 000 habitants (jusqu'en 2020 s'il est réélu en 2014), député d'une circonscription (jusqu'en 2017 s'il est en 2012)...

Dans ces deux cas de figure, Jean-Louis Fousseret ne prendrait donc sa retraite de maire qu'à l'âge de 74 ans et celle de député à 71 ans. A moins qu'en 2017, il ne sollicite un troisième mandat de parlementaire pour défendre le principe de la retraite à 62 ans pour les autres, fonctionnaires et salariés, dont la pénibilité professionnelle semble avérée...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.09
couvert
le 02/03 à 0h00
Vent
1.89 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
75 %