Le Kiosque de Chamars victime collatérale du tram

Publié le 03/04/2012 - 16:41
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:24

Les jours du petit bar situé au coin du parking Chamars sont comptés. Hubert Louveau a décidé de jeter l’éponge fin juin avant même la destruction de son établissement pour cause de passage du futur tramway. Ne pouvant obtenir aucun dédommagement, il estime avoir été abusé par la municipalité...

déconvenue

PUBLICITÉ

Il a acheté le commerce, qui existe depuis une soixantaine d’années, en 2005 pour la somme de 120 000 euros. La mairie laisse entendre aujourd’hui qu’il s’est fait avoir. « Monsieur Louveau n'aurait jamais dû acheter le fonds de commerce pour un tel montant, car l’emplacement appartenant au domaine public a été soumis à un contrat précaire, public, révocable, individuel et inaliénable », a précisé Jacques Mariot, adjoint au maire chargé du commerce et de l’artisanat, à France 3.

Du coup, la mairie estime être dans son bon droit et peut demander au commerçant de quitter les lieux « Un emplacement appartenant au domaine public ne se vend pas et ne s'achète pas. Je comprends que Monsieur Louveau soit désappointé, mais pour nous tout est clair », a poursuivi l’adjoint qui a proposé un bail de trois mois renouvelable.

Il a également été suggéré à Hubert Louveau de se positionner sur l’appel d’offre qui va être lancé pour la gérance du futur kiosque construit à quelques mètres de là, à l’emplacement actuel des toilettes.

L’intéressé n’y tient pas. Non seulement on lui a fait savoir qu’il ne touchera aucun dédommagement, mais, en plus, Hubert Louveau craint de devoir attendre trop longtemps sans avoir la garantie d’obtenir la licence. Ayant déjà ressenti une baisse de son chiffre d’affaires depuis le début des travaux au parking Chamars, il tentera sa chance ailleurs avec « le sentiment d’avoir été floué ». « Pourquoi la mairie ne m’a pas prévenu que cet emplacement  ne pouvait pas être acheté ? Pourquoi elle ne s’est pas opposée au rachat en 2005 ? », s’interroge, amer, le commerçant.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

120 000 € pour le CCAS de Besançon

Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Centre communal d'action sociale (CCAS), a signé ce 12 décembre 2019 une convention avec les représentants d’AG2R La Mondiale Bourgogne Franche-Comté en faveur du CCAS selon un communiqué de la Ville de Besançon.

Site Saint-Jacques : le CHU de Besançon et Adim Vinci ont signé la promesse de vente

La promesse de vente du site Saint-Jacques entre le CHU de Besançon et l’opérateur immobilier ADIM VINCI a été signée le 13 décembre 2019. Cette signature entérine le regroupement et la modernisation de l’ensemble des activités du CHU sur Jean-Minjoz à l’horizon 2025 et le début d’une nouvelle histoire pour le site emblématique de Saint-Jacques.