La compagnie de gendarmerie de Pontarlier met un terme à une série de cambriolages

Publié le 18/04/2015 - 18:43
Mis à jour le 18/04/2015 - 18:46

Impliqués dans plus d'une vingtaine de cambriolages, quatre individus de 17, 19, 2O et 29 ans ont été détectés puis identifiés par la gendarmerie de Pontarlier avec la particularité que deux d'entre eux étaient déjà écroués en maison d'arrêt, ayant été interpellés par la gendarmerie le 15 mars 2015, pour des faits similaires.

08PolicegendarmerieCRS007.JPG
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Depuis février 2015, une recrudescence de cambriolages est constatée sur le département et plus particulièrement sur le haut-Doubs.

Sous la direction du parquet de Besançon, le GELAC de la compagnie de gendarmerie de Pontarlier (groupe enquête de lutte contre les cambriolages),  avec le concours des brigades et le support des différents services du groupement du Doubs, a poursuivi ses investigations rendues complexes par le nombre de faits et toute la difficulté que représente la disparité des faits commis de nuit.

Confondus par les éléments probants recueillis par les enquêteurs, les intéressés interpellés le 15 avril 2015 ont été confrontés à divers degrés de leur implication dans ces séries de cambriolages ciblant des commerces de proximité.

Si la majorité des faits sont recensés sur le ressort de la communauté de brigades (COB) de Valdahon et, pour certains, sur celle de Morteau, les enquêteurs ont pu établir leur implication pour des cambriolages sur les secteurs d’Ornans, d’Ecole-Valentin, de Baume-les-Dames et de l’Isle-sur-le Doubs. Il sera identifié dans ces différents périples, un commerce en Haute-Saône, sur le ressort de la COB de Rioz.

Les trois individus majeurs sont convoqués par convocation par Officier de Police Judiciaire pour le 27 mai 2015 devant le tribunal correctionnel de Besançon (25) pour répondre de leurs actes.

Le mineur de 17 ans est convoqué devant le juge des enfants où il sera mis en examen.
Ce dernier et l’un des majeurs, déjà écroués, ont rejoint leur maison d’arrêt respective dans l’attente de leur jugement.

La gendarmerie rappelle la nécessité de vigilance, civisme et solidarité entre voisins avec les forces de l’ordre pour signaler sans formalisme par le 17 tout mouvement pouvant être jugé particulier ou suspect aux abords des maisons comme des locaux commerciaux, au profit des grandes comme des petites zones commerciales ou industrielles et de jour comme de nuit. C’est parfois simple comme un coup de fil…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

Enfants noyés à Chalon-sur-Saône : leur belle-mère mise en examen pour « homicides involontaires »

La belle-mère de trois frères et soeur, qui s'étaient noyés l'été dernier dans un lac de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), a été mise en examen pour "homicides involontaires", a-t-on appris ce jeudi 23 mai 2019 auprès du parquet, confirmant une information du Journal de Saône-et-Loire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.42
légère pluie
le 24/05 à 18h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1013.28 hPa
Humidité
83 %

Sondage