Alerte Témoin

La ville de Dijon met "un terme définitif" à ses emprunts toxiques

Publié le 28/06/2016 - 09:31
Mis à jour le 28/06/2016 - 09:32

Dijon a soldé ses trois emprunts dits "toxiques", qui représentaient un encours total de 35,6 millions d'euros, a annoncé lundi le maire PS de la ville François Rebsamen.

dijonplacelibe.jpg
Dijon @traces écrites

"La ville de Dijon est fière d'avoir agi pour sécuriser rapidement et dans de bonnes conditions sa situation financière, gage de sa capacité à proposer un service public de qualité à ses habitants et à investir pour le rayonnement et l'attractivité de Dijon", écrit l'ancien ministre du Travail dans un communiqué. La ville avait souscrit trois emprunts structurés, dont les intérêts ont flambé au fil des ans, notamment en raison de l'évolution défavorable du franc suisse face à l'euro : deux auprès de la SFIL et le troisième auprès du Crédit foncier.

Dijon a bénéficié d'un soutien de l'Etat d'environ 20 millions d'euros 

Pour mettre un "terme définitif" à ces prêts, la capitale bourguignonne a bénéficié d'un soutien de l'État, pour un montant total de "près de 20 millions d'euros" et a réaménagé ces prêts "sur la base de taux fixes similaires à ceux qui auraient été proposés à l'époque". "Cette opération de désensibilisation nécessite par ailleurs l'engagement de deux nouveaux emprunts, pour un total de 7,62 millions d'euros, à des taux très compétitifs (inférieurs à 1%)", précise M. Rebsamen, qui assure poursuivre un "objectif de désendettement" de la ville.

"Nous regrettons le coût pour la ville et l'abandon des poursuites contre les banques"

"L'encours de la dette a diminué de 27% entre 2008 et 2015, passant de 235,7 à 173,3 millions d'euros, soit une dette par habitant inférieure à la moyenne des communes de même catégorie", ajoute-t-il. "Nous sommes pour cette désensibilisation même si nous regrettons le coût pour la ville et l'abandon des poursuites contre les banques", estime de son côté le conseiller municipal LR Laurent Bourguignat, qui fait valoir que "plusieurs collectivités dont le conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont obtenu la condamnation des banques pour défaut d'information et de conseil"

La mairie a chiffré le coût net de sortie des trois emprunts toxiques à 4,8 millions d'euros. Mais, pour cela, elle a déduit les gains réalisés sur les intérêts payés lors des premières années de vie des emprunts, avant que leurs taux d'intérêts ne dérapent. "C'est tout à fait contestable ! Si gain il y a eu, c'est du passé et ça ne retire rien à la somme à régler aujourd'hui pour désensibiliser la dette. En vérité, on est donc plus proche de 9,5 millions d'euros de coût de sortie", a relevé M. Bourguignat.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

DS Automobiles lance une nouvelle gamme de véhicules électriques !

PUBLI-INFO • En réponse aux nouvelles exigences environnementales et en lien avec la volonté de la clientèle à vouloir rouler plus propre, DS Automobiles lance sa ligne E-Tense avec le DS 3 Crossback 100% électrique et le DS 7 Crossback 4x4 hybride rechargeable. Rendez-vous dans le store DS au 228 rue de Dole à Besançon pour découvrir ces nouveaux véhicules résolument dans l’air du temps !

Besançon : quels restaurants et magasins alimentaires continuent la vente à emporter et en livraison ?

MISE A JOUR LE 30 MAI • Plus que quelques jours en attendant la réouverture les cafés et des restaurants prévue le 2 juin 2020 ! En attendant, voici les restaurants et autres camions-pizza proposant la vente à emporter et en livraison. Voici notre liste mise à jour régulièrement...

Réouverture le 2 juin : à quoi ressembler boire un verre et manger un morceau dans les cafés et les restos ?

Selon les annonces du Premier ministre le 28 mai, les restaurants et cafés dans les départements "verts" dont la Bourgogne Franche-Comté rouvriront au public à partir du 2 juin. Nous nous sommes procurés des documents officiels envoyés aux gérants de bars et restaurants pour connaître les mesures obligatoires qu'ils doivent prendre et les attitudes attendues des clients qui les fréquenteront...

La Bourgogne-Franche-Comté a voté un plan de relance pour le secteur du tourisme

La Région Bourgogne-Franche-Comté poursuit ses mesures dans le cadre de la crise économique provoquée par l’épidémie de Covid-19. Alors que le pays est entré dans une phase de déconfinement progressif, le Conseil régional se dit pleinement mobilisé pour initier et amplifier les dispositifs destinés à soutenir tous les secteurs de l’économie. Vendredi 29 mai, réunis en commission permanente, les élus régionaux ont voté un vaste plan de relance en faveur du tourisme.

Besançon : la Grande braderie d’été est annulée

Après avoir un temps étudié le report de la braderie d’été du 3 et 4 juillet au dernier weekend d’août, le discours du Premier ministre du 28 mai interdisant tous les rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu’en septembre, oblige l'Union des commerçants de Besançon à annuler son évènement, apprend-on dans un communiqué de ce vendredi 29 mai 2020.

« La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert, une décision majeure pour l’économie régionale » (M-G Dufay)

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.  Pour la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, "il s’agit d’une décision d’une importance majeure pour le territoire. Le classement en zone rouge de la Bourgogne-Franche-Comté depuis le 7 mai constituait un véritable handicap pour l’économie régionale et l’attractivité du territoire. Selon les données publiées par Santé Publique France, le gouvernement n’avait d'autres choix que de lever ces conditions restrictives, au risque d’installer durablement la situation d’une France à deux vitesses."

Bourgogne : La Compagnie des Ateliers Peyrache, candidat à la reprise de l’entreprise Gerbe

La Compagnie des Ateliers Peyrache (LCAP), groupe textile français dirigé par Ludovic et Corinne Gaudic, est candidat à la reprise de Gerbe, selon un communiqué du 28 mai 2020. L’entreprise bourguignonne de confection de collants et bas pour femmes hauts-de-gamme avait été reprise par un groupe chinois en 2015. Au début de la crise du coronavirus, ce récent propriétaire a abandonné l'entreprise qui est en redressement judiciaire depuis le 14 avril.

Camaïeu placé en redressement judiciaire

Victime directe, selon la direction, de la crise du Covid-19, l'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu, spécialiste de l'habillement féminin qui emploie 3.900 salariés en France dont 450 au siège social à Roubaix (Nord) a été placée mardi 27 mai 2020 en redressement judiciaire. Pour rappel, la ville de Besançon compte deux boutiques.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.59
peu nuageux
le 01/06 à 18h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
51 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune