La ville de Dijon met "un terme définitif" à ses emprunts toxiques

Publié le 28/06/2016 - 09:31
Mis à jour le 28/06/2016 - 09:32

Dijon a soldé ses trois emprunts dits "toxiques", qui représentaient un encours total de 35,6 millions d'euros, a annoncé lundi le maire PS de la ville François Rebsamen.

dijonplacelibe.jpg
Dijon @traces écrites
PUBLICITÉ

« La ville de Dijon est fière d’avoir agi pour sécuriser rapidement et dans de bonnes conditions sa situation financière, gage de sa capacité à proposer un service public de qualité à ses habitants et à investir pour le rayonnement et l’attractivité de Dijon », écrit l’ancien ministre du Travail dans un communiqué. La ville avait souscrit trois emprunts structurés, dont les intérêts ont flambé au fil des ans, notamment en raison de l’évolution défavorable du franc suisse face à l’euro : deux auprès de la SFIL et le troisième auprès du Crédit foncier.

Dijon a bénéficié d’un soutien de l’Etat d’environ 20 millions d’euros 

Pour mettre un « terme définitif » à ces prêts, la capitale bourguignonne a bénéficié d’un soutien de l’État, pour un montant total de « près de 20 millions d’euros » et a réaménagé ces prêts « sur la base de taux fixes similaires à ceux qui auraient été proposés à l’époque ». « Cette opération de désensibilisation nécessite par ailleurs l’engagement de deux nouveaux emprunts, pour un total de 7,62 millions d’euros, à des taux très compétitifs (inférieurs à 1%) », précise M. Rebsamen, qui assure poursuivre un « objectif de désendettement » de la ville.

« Nous regrettons le coût pour la ville et l’abandon des poursuites contre les banques »

« L’encours de la dette a diminué de 27% entre 2008 et 2015, passant de 235,7 à 173,3 millions d’euros, soit une dette par habitant inférieure à la moyenne des communes de même catégorie », ajoute-t-il. « Nous sommes pour cette désensibilisation même si nous regrettons le coût pour la ville et l’abandon des poursuites contre les banques », estime de son côté le conseiller municipal LR Laurent Bourguignat, qui fait valoir que « plusieurs collectivités dont le conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont obtenu la condamnation des banques pour défaut d’information et de conseil »

La mairie a chiffré le coût net de sortie des trois emprunts toxiques à 4,8 millions d’euros. Mais, pour cela, elle a déduit les gains réalisés sur les intérêts payés lors des premières années de vie des emprunts, avant que leurs taux d’intérêts ne dérapent. « C’est tout à fait contestable ! Si gain il y a eu, c’est du passé et ça ne retire rien à la somme à régler aujourd’hui pour désensibiliser la dette. En vérité, on est donc plus proche de 9,5 millions d’euros de coût de sortie », a relevé M. Bourguignat.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’industrie recrute, le CFAI vous forme et vous accompagne …

L’industrie recrute, le CFAI vous forme et vous accompagne …

Publi-info • Septembre est là et vous hésitez entre poursuivre des études et entrer dans la vie professionnelle. Et pourquoi pas l’industrie ? Elle recrute via des BTS, Bac pro ou des CAP en alternance et le CFAI vous forme et vous accompagne, y compris pour trouver l’entreprise d’accueil.

Choisis ton sport, dessine-le et équipe-toi avec Décathlon

Choisis ton sport, dessine-le et équipe-toi avec Décathlon

publi-info • La rentrée n’est pas forcément un événement triste et synonyme de contraintes. Ce peut être une promesse de sport, de détente et de vitalité. Pour cela, Décathlon t’invite à découvrir une dizaine de sports et les clubs locaux où les pratiquer ; à participer au concours «Dessine ton sport et on paie ta licence» et, enfin, à t'équiper.

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

Produits bio : l’UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces

L'association a analysé les prix des produits bio en grandes surfaces pendant un an. Les marges brutes sont, en moyenne, 75% plus élevées que pour des produits conventionnels. L'UFC-Que Choisir pointe "les marges excessives" réalisées par la grande distribution sur 24 fruits et légumes bio.

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.03
ciel dégagé
le 26/08 à 6h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1019.06 hPa
Humidité
77 %

Sondage