Le conseil départemental du Doubs favorable au projet régional de santé de l'ARS

Publié le 21/05/2018 - 14:01
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:40

Le conseil départemental du Doubs, réuni en commission permanente le 14 mai 2018, s’est prononcé favorablement sur les grandes orientations du projet régional de santé (PRS) 2018-2022, avec de fortes réserves sur leurs traductions en actes.

111998_facade_departement_du_doubs.jpg
Qui prendra la tête du Conseil général du Doubs après Claude Jeannerot ? ©mélodie Pardonnent – CG25
PUBLICITÉ

Le PRS, élaboré par l’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté, définit pour les cinq années à venir les orientations et objectifs régionaux en matière de santé. Il préfigure notamment l’évolution de l’offre de soins et d’équipements matériels, y compris en établissements et services médico-sociaux.

Le département rejoint donc l'avis du CRSA, aussi favorable au projet. La commission a estimé que "les orientations générales et les finalités du PRS rejoignent la feuille de route du projet départemental C@P25." Pour rappel, ce projet départemental vise à "construire, aménager et préserver le territoire au service de ses habitants".

De fortes réserves quant au projet

Le conseil départemental du Doubs tient cependant à exprimer les "fortes réserves" émises sur certains points du projet, particulièrement sur les modalités de mise en œuvre. Il souligne :

  • "L’absence préoccupante de priorisation et de chiffrage des actions proposées".
  • "L’absence de traitement de la problématique des secours en lien avec les SDIS. Il est à noter que le manque d’initiative privée dans certains territoires rend l’activité du SDIS de plus en plus nécessaire…"
  • "La faible place accordée à la coopération avec la Suisse, pourtant essentielle dans le Doubs."
  • "Un déficit de reconnaissance des problématiques sur la santé mentale, malgré un risque avéré de déport du sanitaire sur le médico-social dans ce domaine."
  • "L’insuffisante reconnaissance du rôle des Départements tant en matière de prévention, qu’en termes d’aide et d’accompagnement à l’autonomie des personnes âgées, handicapées ou en situation de précarité."
  • "Enfin, la préoccupation du Département que l’ARS ne mobilise pas les moyens sanitaires nécessaires pour soutenir le développement des EHPAD, pour lesquels le Doubs a décidé de débloquer 10 millions d’euros de crédits d’investissement spécifiques à l’amélioration de la qualité de vie sur le mandat."

Plusieurs opposants au projet

Contrairement à celui du Doubs, les conseils départementaux de Côte-d'Or, de l'Yonne, de la Nièvre ou encore le Groupe Front national Bourgogne-Franche-Comté se sont déjà prononcés contre le projet de l'ARS.
La présidente PS du conseil régional, Marie-Guite Dufay avait dénoncé le 10 avril dernier les propositions "dramatiquement insuffisantes" du projet régional de santé, indiquant qu'il faudrait "240 médecins généralistes, 880 infirmiers et 1.000 médecins spécialistes supplémentaires pour revenir dans la moyenne nationale". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide à Nans-Sous-Sainte-Anne : un appel au soutien du maire devant le tribunal administratif ce jeudi à Besançon

Le maire de Nans-Sous-Sainte-Anne Emmanuel Cretin, a publié un arrêté anti-pesticide en octobre 2019 voté au conseil municipal à l'unanimité. Le préfet du Doubs a très rapidement saisi le tribunal administratif de Besançon. Le maire de la petite commune est convoqué par le juge des référés le 14 novembre prochain…

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

#MoisSansTabac : l’ANPAA mobilisée en Bourgogne-Franche-Comté pour aider les fumeurs à « relever le défi »

Pour la quatrième année consécutive, les équipes de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) sont mobilisées en Bourgogne- Franche-Comté pour l’opération Moi(s) sans tabac qui se déroule tout au long du mois de novembre 2019. Cette opération encourage tous les fumeurs, "à travers une approche positive et collective", à relever le défi d’un arrêt du tabac pendant au moins 30 jours.

Pollution de l’air : une journée européenne du radon

Le 7 novembre 2019 est la journée européenne consacrée au radon. Cette journée, instaurée le jour de l’anniversaire de la naissance de Marie Curie, a pour objectif de sensibiliser le public sur un polluant de l’air intérieur, "seconde cause de cancer du poumon après le tabac et avant l’amiante", indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

4ème édition du #MoisSansTabac : un village pour aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage

Le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France ont lancé la 4ème édition de #MoisSansTabac en partenariat avec l’Assurance Maladie. Depuis 2016, 580 982 inscriptions au grand défi de l’arrêt du tabac ont été comptabilisées, dont 23 290 en Bourgogne-Franche-Comté. Ce dispositif propose aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour. Ce rendez-vous annuel a débuté dès le mois d’octobre 2019 pour les participants, invités à s’inscrire via la plateforme dédiée

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.32
peu nuageux
le 17/11 à 0h00
Vent
1.55 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
89 %

Sondage