L’ex-femme de Dutroux ne viendra pas en Franche-Comté

Publié le 09/06/2011 - 07:57
Mis à jour le 09/06/2011 - 07:57

L'ex-femme du pédophile et meurtrier Marc Dutroux, Michelle Martin, ne viendra pas dans un couvent franc-comtois dans le cadre de sa libération anticipée comme cela avait été envisagé en mai, confirme Le Parisien.

PUBLICITÉ

 « Les avocats de Michelle Martin nous ont fait savoir que le centre monastique français qui devait l’accueillir avait renoncé », a expliqué au quotidien l’avocat général de Mons en Belgique. Selon lui, les religieux ne s’attendaient pas au « tapage médiatique » qui a accompagné cette annonce et ne se sentent pas « en mesure de supporter cette tempête ».

Condamnée à 30 ans de prison pour avoir séquestré plusieurs victimes de son ex-mari et avoir laissé mourir de faim deux d’entre elles âgé de 8 ans, Michelle Martin n’a purgé que la moitié de sa peine. La décision de remise en liberté sous conditions avait provoqué un tollé en France et en Belgique. Le ministre de la Justice Michel Mercier avait déjà affirmé qu’il refusait d’accueillir en France la criminelle.

Il était question à un moment donné que l’ex-femme de Marc Dutroux s’installe au couvent de Montferrand-le-Château qui abrite la communauté des sœurs dominicaines de Béthanie.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.87
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
93 %

Sondage