Mamans, que pensez-vous des couches lavables ?

Publié le 18/02/2010 - 18:43
Mis à jour le 18/02/2010 - 18:43

La ville de Besançon a l’intention d’introduire les couches lavables dans ses crèches. Un budget de 60 000 euros sera voté le 25 février prochain pour expérimenter les langes écolos. Occasion pour le conseiller municipal Modem Philippe Gonon de lancer un appel aux mères de famille et aux assistantes maternelles pour savoir ce qu’elles en pensent…

1266512866.jpg
©
PUBLICITÉ
Philippe Gonon en remet une couche auprès de la municipalité (je sais, elle est facile…). Avant qu’une décision soit prise  au conseil municipal sur une expérimentation de l’utilisation des langes lavables dans les structures de petite enfance à Besançon, il invite les personnes concernées à donner leur avis en lui envoyant un mail.

Le rapport municipal indique vouloir introduire les couches lavables dans « un objectif de réduction du volume des déchets et de protection de l’environnement ce lancement de tests…. implique un investissement financier pour la réalisation et le suivi des étapes du protocole nécessaires à une évaluation économique et environnementale précise ».

En effet, les couches culotte de nos chers bambins seraient responsable de 5 à 10 % de l’ensemble des déchets ménagers dans les pays occidentaux.  Un enfant à lui seul aurait besoin de plus d’ 1 tonne de couches jusqu’à ce qu’il soit propre !

Côté coût maintenant, les couches lavables seraient plus économiques pour un foyer : environ 500 euros pour un jeu complet jusqu’à 36 mois contre un budget global de plus de 1 000 euros pour des couches jetables de qualité (selon les sources, ce chiffre grimpe à 2 500 euros…).

Si l’expérience des couches lavables dans les crèches s’avère positive à Besançon, elle pourrait servir de base pour une campagne d’incitation à leur utilisation sur l’ensemble de l’agglomération.

Avant de se positionner lors du vote d’une enveloppe de 60 000 euros au prochain conseil municipal du 25 février, Philippe Gonon  aimerait avoir l’avis des mères de famille et des assistantes maternelles sur ce projet et s’inquiète de la prise en compte des intérêts des enfants : « Quant à moi, pas une fois, je n’ai pas noté le mot hygiène ou propreté dans ce rapport, pas une fois je n’ai noté le mot confort pour les enfants, je ne trouve pas le souci du petit enfant. Ah certes, on nous parle de réduction du volume des déchets, de protection de l’environnement, mais où est le mot "enfant"; et qui va s’exprimer en son nom ? L’enfant au centre de nos préoccupations : il va falloir remettre un peu d’humanité dans nos considérations techniques »

En savoir + :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Avocats, médecins et paramédicaux, pilotes, hôtesses et stewards... Après la RATP vendredi, des professions "qui n'ont pas l'habitude de manifester" descendent dans la rue ce lundi 16 septembre 2019 pour défendre leurs "régimes autonomes" de retraite contre le "système universel" voulu par l'exécutif. Une trentaine d'avocats bisontins sont montés à la capitale pour manifester...

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.69
peu nuageux
le 19/09 à 9h00
Vent
5.19 m/s
Pression
1024.34 hPa
Humidité
49 %

Sondage