Marchés de Noël : les travaux feraient peur aux clients

Publié le 12/12/2012 - 18:25
Mis à jour le 16/04/2019 - 12:05

A Besançon, les petits chalets des marchés de Noël des places de la Révolution et Pasteur ont ouvert leurs volets le 30 novembre dernier. Alors ces 12 premiers jours ? Réponse de trois exposants jurassiens, tous trois artisans.

témoignages

PUBLICITÉ

Corine Ribault (Atelier de la Dam’Martin : céramiques, place de la Révolution) :

« C’est vraiment très très mauvais. C’est à cause des travaux. Les gens nous disent qu’ils ne peuvent pas se garer. J’ai par exemple des clients habituels qui ont préféré venir ces derniers jours acheter dans mon atelier, plutôt que sur le marché de Noël. On a vraiment commencé à travailler samedi 8. »

Laurent Galand (Héliobil : mobiles solaires, place Pasteur) :

« Pour l’instant les gens n’achètent pas. Ils repèrent, mais ils n’ont pas forcément compris que nous étions des artisans. Nous fabriquons au fur et à mesure, donc s’ils viennent au dernier moment, nous n’aurons peut-être plus autant de choix et plus le modèle qu’ils pensaient acheter.« 

Fabienne Gühür (La factrice de perles : bijoux en perles de verre soufflé, place Pasteur) :

« Ca n’a rien à voir avec la fréquentation de l’année dernière. Ce mercredi matin par exemple, la Grande-Rue est déserte. Il y a certes la conjoncture économique, mais le problème ce sont vraiment les travaux. Les gens ont peur de venir en ville, ils pensent qu’ils ne vont pas trouver de places de parking. Au contraire, car du coup, de la place il y en a, même sur les stationnements gratuits. »

Bref, moins de monde et donc moins d’achats… A suivre…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

GE Belfort : intersyndicale et élus vont mettre en demeure le gouvernement

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé ce mardi 9 juillet 2019 leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l'industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'un millier d'emplois.

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Région : « On aide du petit hôtel en zone rurale à l’installation d’un jeune agriculteur » (P. Ayache)

Marie Guite-Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a réuni la commission permanente le 5 juillet 2019. Les élus régionaux ont ainsi examiné ce vendredi 114 rapports pour un montant de 17,7 millions d'euros attribués sur le département du Doubs (86 millions sur six mois)...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.46
ciel dégagé
le 16/07 à 15h00
Vent
2.57 m/s
Pression
1016.14 hPa
Humidité
39 %

Sondage