Gray, entre stupeur et colère

Publié le 31/01/2018 - 18:17
Mis à jour le 18/04/2019 - 12:32

"Retournés""révoltés""trahis" : les habitants de la petite ville de Gray en Haute-Saône, où les parents d'Alexia tiennent un bar PMU, sont abasourdis au lendemain de la mise en examen pour meurtre sur conjoint de leur gendre Jonathann Daval.

marchegrayalexiadavalPMU.JPG
Marche en mémoire d'Alexia Daval du 5/11/17 devant le PMU des parents d'Alexia © SA

Meurtre d’Alexia Daval

PUBLICITÉ

Visage fermé derrière son comptoir, Jean-Pierre Fouillot, le père d’Alexia, a servi le café à ses clients du bar PMU de Gray ce mercredi 31 janvier 2018 au lendemain des aveux de son gendre.

  • À l’intérieur, une affiche datant de plusieurs mois déjà résume son état d’esprit : « Votre silence est le plus beau des hommages, merci de respecter notre sérénité ». 

Après la disparition d’Alexia, employée de banque de 29 ans, il y a 3 mois, les habitants de Gray, Gray-la-ville -où le couple habitait- et Velet -où Jonathann a passé son enfance-, ont fait corps.  D’abord pour retrouver la jeune femme en participant à plusieurs battues citoyennes. Puis pour soutenir la famille confrontée à la découverte du corps sans vie d’Alexia dans le bois d’Esmoulins, à quelques kilomètres de Gray, en participant à une marche blanche rassemblant entre 8.000 et 10.000 personnes.

 Stupeur

Mercredi, c’est la stupeur et le sentiment de trahison qui dominent. « C’est un désaveux total pour toute la population qui a marché dans la plaine » pour retrouver Alexia, « sous les averses dans les bois », a expliqué Denis Bari, deuxième adjoint au maire de Gray, mercredi.

« Tout le graylois est retourné, surpris, c’est un retournement de situation que personnes n’imaginait », a-t-il ajouté. À Gray, où « tout le monde se connait », Isabelle Fouillot est dans l’équipe municipale depuis deux mandats. Elle et son mari ont fait preuve d’un « soutien paternel et maternel » sans faille envers Jonathann pendant l’enquête, désormais écroué en attente de son procès, a expliqué l’élu. 

« L’acte n’est pas pardonnable » estime le frère de Jonathann Daval

« L’acte n’est pas pardonnable« , a estimé Cédric Daval, frère du mis en examen. « C’est une perte très dure (..) On a du mal à comprendre pourquoi« . « Elle faisait partie de notre famille« , a renchéri la mère de Jonathann, lors de la même interview sur BFMTV.  Même constat d’incrédulité chez l’employeur de Jonathann Daval à Gray,  Denis Carnet, à la tête d’une PME d’une dizaine d’employés. « C’était une personne toujours prête à rendre service et très appréciée des clients. Cela a été un gros choc« . 

« C’était un si gentil petit couple… »

« On est complètement catastrophé. Les parents le soutenaient toujours. La marche blanche, tout ce qui s’est fait, il n’a jamais craqué. Comment on peut avoir un comportement comme ça après un meurtre », s’est interrogé un restaurateur en ville. 

Même constat d’incrédulité chez les habitants qui ont côtoyé Alexia et Jonathann. « Je peux pas le croire, c’était un si gentil petit couple », a confié une voisine. Agnès, 57 ans, qui a participé à la marche blanche, est « choquée » du dénouement de l’affaire, mais continue de soutenir la famille d’Alexia : « je plains beaucoup les parents, des gens gentils, accueillants »

(AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 31.06
nuageux
le 20/07 à 12h00
Vent
6.4 m/s
Pression
1014.54 hPa
Humidité
39 %

Sondage