Un budget "mécanique" d'1,3 milliard d'euros pour la Bourgogne Franche-Comté

Publié le 29/04/2016 - 13:30
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:42

Ce vendredi 29 avril 2016, les élus du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté votent les toutes premières orientations budgétaires. L'ouverture des sessions plénière a été retardée d'une bonne demi-heure heure en raison de l'intervention inopinée d'une dizaine de militants du collectif "Nuit Debout". Durant cette longue session, il sera question d'investissements, mais aussi de la hausse -  dès 2017 -  de la taxe sur les certificats d'immatriculation (carte grise) en Franche-Comté.

recemment_mis_a_jour96.jpg
©
PUBLICITÉ

Su fond de polémique sur la hausse de la carte grise en Franche-Comté, la séance s’annonçait animée. Elle a démarré avec agitation avec des militants de Nuit Debout qui se sont introduit dans la salle pour réclamer le retrait de la Loi travail. Irrités (voir le tweet de Sophie Montel ci-dessous), les élus FN en ont profité pour entonner la Marseillaise.

Ambiance. La séance s’annonce longue… très longue.

 Le budget de la Bourgogne Franche-Comté est de 1,374 milliard d’euros. Plus de 400 M€ sont destinés aux investissements, dont 113 M€ pour le financement des travaux de rénovation énergétique. La Région va également injecté 250 M€ pour le bâtiment et les travaux publics à travers les lycées ou de l’aménagement du territoire. 26 M€ seront injectés dans le plan pour 12.000 formations supplémentaires à destination des demandeurs d’emploi.

 

« L’addition de deux budgets est une affaire compliquée.  A la clé, il y a 5.000 agents en Bourgogne Franche-Comté, dont 4.000  agents d’entretien de restauration dans les lycées. Ce n’est pas une petite affaire… » nous a indiqué la présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté. « Le budget de perspective de nos actions pour le mandat sera présenté en fin d’annéeDans un temps contraint j’ai toutefois voulu présenté le plus vite possible ce budget qui est pour moi plus mécanique dans lequel j’ai posé des actes politiques : multiplier les formations pour les demandeurs d’emploi, un plan d’action immédiate en soutiens aux filières agricoles ou encore des initiatives à destination des filières du bâtiment et des travaux publics, compte tenu de la crise exceptionnelle dans ce secteur… « 

 Une hausse de la taxe de grise dès 2017 pour les Francs-Comtois

Autre sujet et non des moindres, la hausse de la fiscalité pour la taxe sur les cartes grises. Soit une recette de 17 M€ supplémentaire pour la Région.  La majorité de la présidente souhaite aligner la taxe de la Franche-Comté sur celle de la Bourgogne, et ce dès 2017. Une hausse qui serait plutôt abrupte et non progressive.  Le cheval-vapeur passera de 36 à 51 € « soit une hausse de 41 % ! » fustige l’opposition. De son côté Marie-Guite Dufay ne voit pas les choses sous le même angle. « On peut voir une augmentation de 41% ou une augmentation de 0,3% sur l’achat d’un véhicule… » tempère Marie-Guite Dufay. Un débat qui risque de s’attarder.

Un plan d’investissement pour les lycées et 500 € pour passer le permis !

La présidente de région tient à souligner que les Francs-Comtois ne seront pas laisser pour compte en annonçant dès 2017 un plan d’investissement prioritaire de 110 M€ par an sur les lycées. « Ce plan sera majoritairement consacré à la Franche-Comté… » Pour les jeunes, la Région veut également étendre une aide de 500 € pour le passage du permis de conduire… 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 30.2
ciel dégagé
le 26/06 à 18h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020.67 hPa
Humidité
76 %

Sondage