Mort d’un jeune homme de 19 ans à Belfort : une seconde mise en examen pour assassinat

Publié le 14/10/2011 - 19:07
Mis à jour le 14/10/2011 - 19:07

Deux hommes sont désormais mis en examen pour assassinat dans l'enquête sur la mort de Chemsedine  Bouyahia, un  jeune de 19 ans atteint d'une balle dans la tête le 8 octobre. Ils sont tous les deux écroués.   Au total, sept personnes, six jeunes adultes et un mineur, ont été placés en garde à vue dans cette affaire. Aucun n'a reconnu avoir visé sciemment la victime, certains affirmant que le tireur avait fait feu en l'air.

PUBLICITÉ

Un suspect a été mis en examen pour l' »assassinat » de Chemsedine Bouyahia, et « tentative d’assassinat » sur l’oncle de la victime. Ce sont les mêmes chefs que ceux retenus contre un autre jeune homme, interpellé lundi à la frontière franco-espagnole et mis en examen jeudi. 

Chemsedine Bouyahia avait été gravement blessé le 8 octobre au petit matin dans le quartier réputé sensible des Résidences à Belfort, près du domicile de son oncle. Il était décédé le lendemain. 

Un pistolet de calibre 9 mm avait été retrouvé à proximité du lieu du drame, mais son propriétaire n’a pas encore identifié, a précisé la substitut du procureur, Anne Givaudand. Un troisième homme a également été mis en examen vendredi, pour violences aggravées et port d’arme. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

  « C’est une affaire très compliquée. Nous allons devoir désormais faire le tri et essayer de comprendre qui a fait quoi », a indiqué la magistrate, ajoutant que des expertises scientifiques étaient en cours pour tenter d’y voir plus clair.

Deux autres personnes devaient encore être présentées au juge d’instruction vendredi en fin d’après-midi.

Six jours après le drame, près de 500 personnes ont par ailleurs pris part vendredi à une marche silencieuse dans les rues de Belfort en mémoire de la victime. 

Source : AFP 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.23
couvert
le 22/05 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1019.57 hPa
Humidité
96 %

Sondage