On a tous en nous quelque chose de… Johnny

Publié le 06/12/2017 - 10:09
Mis à jour le 07/12/2017 - 09:15

La star du rock, monument de la chanson française, est décédée dans la nuit à l'âge de 74 ans dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 décembre 2017. Les témoignages en hommage à Johnny Hallyday se multiplient ce mercredi matin. Le chanteur avait des racines franc-comtoises. Il était venu à de nombreuses reprises dans la région et connaissait de nombreuses personnes à Besançon. 

JohnnyHallydayGribaldy3.JPG

souvenirs…

De nombreux Français sont en deuil ce mercredi 6décembre 2017 après l'annonce du décès dans la nuit de Johnny Hallyday. La star avait de nombreuses attaches en Franche-Comté. Son arrière grand-père maternel, Maxime Clerc, est enterré à Charcenne en Haute-Saône.

Un accident à Roppe en 1970

Parmi les épisodes qui ont marqué Johnny et la Franche-Comté, on se souvient de l'accident du  20 février 1970. En provenance de Strasbourg et en direction de Besançon, Johnny Hallyday a glissé dans un virage  sur une plaque de verglas près de Roppe (90) sur la RN 83. Les cinq passagers du véhicule s'en sont sortis quasiment indemnes.

Sylvie Vartan, assise à ses côtés à l'avant du véhicule, avait été projetée sur le pare-brise et avait été légèrement blessée. Les trois autres passagers, tout comme Johnny, s'en étaient sortis indemnes…

  • Johnny est venu plusieurs fois en Franche-Comté notamment à Arçon en 1971, à Bonal en 2012, à Vesoul, à Arc sous Cicon ainsi que dans le Jura mais aussi à de nombreuses reprises à Besançon. 

Jean-Louis Fousseret : " Il nous a fait vivre le meilleur…" 

Johnny Hallyday entretenait des liens très forts avec Besançon. Tout le monde se souvient de son concert "énorme" au palais des sports de Besançon le 21 septembre 1969. Dans une de ses chansons, "On me recherche" (1970), il cite même la capitale comtoise. Johnny avait demandé à Philippe Labro, qui avait écrit le texte, de citer Besançon.

"J'ai plein de tristesse, car notre Johnny national nous a quitté. La première fois que je l'ai vu, c'était au Palais des sports de Besançon" se souvient Jean Louis Fousseret, interrogé ce mercredi matin sur l'antenne de France Bleu Besançon.  "Plus tard, mon ami Claude Domergue, qui est aussi un grand ami de Johnny  et qui le pilotait partout en France, m'a fait l'honneur d'accueillir Johnny à l'aéroport de Courcelles à Montbéliard. Johnny était arrivé très fatigué. Il pleuvait, il faisait froid et quand il est monté sur scène, il était transformé. Il a chanté pendant 1h30 sous la pluie et la neige. J'avais d'ailleurs eu la chance de regarder le concert caché sur la scène, j'ai alors vu le spectacle à quatre  mètres de Johnny. Ce soir-là, nous avions diné au Chaland avec Jean-Claude Camus  (NDLR son producteur de l'époque) et Jean-Charles Diéterlé. C'était il y a 25 ans. J'ai même une photo de moi avec lui portant un blouson de cuir et des Santiags ! Johnny, c'était pour toute notre génération l'idole des jeunes. Il nous chantait "Vivre pour le meilleur", il nous a fait vivre le meilleur." 

Une rencontre au Zénith de Dijon

Le 6 juin 2013, après un concert au Zénith de Dijon, les Bisontins Claude Domergue, Jean-Charles Dieterlé et son fils Pierre, sont allés le rencontrer. Pierre Dieterlé, neveu du cyclyste de Jean de Gribaldy se souvient. "Il a entretenu avec Jean de Gribaldy des rapports assez filiaux. C'était son ami, son confident. Mon oncle était notamment allé le chercher à Offenburg en Allemagne lorsqu'il faisait son service militaire." explique-t-il. L'ancien coureur cycliste, devenu pilote, avait en effet transporté à plusieurs reprises par avion le chanteur. "Ce fut une très belle rencontre et une très belle soirée. Je lui avais remis d'anciennes correspondances et des photographies, certaines datant de mars 63 où il était âgé de 20 ans. Il semblait ravi et très ému." 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.26
ciel dégagé
le 29/11 à 21h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
98 %

Sondage