Palmarès des hôpitaux et cliniques (2011) : comment se classe Besançon ?

Publié le 18/06/2011 - 07:39
Mis à jour le 21/08/2014 - 17:19

Le palmarès 2011 des hôpitaux et cliniques du magazine Le Point est sorti. Alors comment s’y classent le CHU et les deux cliniques de Besançon? Et le CH intercommunal de nos voisins de Belfort/Montbéliard? Pas mal du tout…, la clinique Saint-Vincent décrochant même une première place pour l’incontinence urinaire sur 466 cliniques prenant en charge cette affection.

1308318310.JPG
La Clinique Saint-Vincent à Besançon première pour le traitement de l'incontinence urinaire©miss Dom
PUBLICITÉ
Le numéro du Point du 16 juin 2011, actuellement en vente en kiosque, consacre pas loin de 60 pages à son palmarès des hôpitaux et cliniques français. 14.000 établissements ont été passés au crible et les meilleurs s’alignent dans des tableaux de notation pour 63 spécialités.
Alors, quid du CHU et des deux cliniques de Besançon, et de nos voisins de Belfort/Montbéliard?
Au «tableau d’honneur» des 50 meilleurs hôpitaux de France, le CHU de Besançon occupe le 32e rang, en baisse par rapport à l’an passé. Le CH intercommunal de Belfort/Montbéliard est 39e, en baisse aussi.
A celui des 50 meilleures cliniques de France, la Clinique Saint-Vincent à Besançon peut se targuer d’une 14e place, mais est également en baisse. En revanche, la Polyclinique de Franche-Comté à Besançon n’est pas citée dans les 50.
Lorsqu’on se plonge dans le détail, spécialité par spécialité, les établissements bisontins se distinguent à plusieurs reprises dans les 15 premiers. Ainsi:
Le CHU de Besançon est 8e pour la chirurgie esthétique (note de 17,92/20) et 9e pour l’appendicite (17,99/20).
La Clinique Saint-Vincent à Besançon est 1ère pour l’incontinence urinaire (18,90/20), 3e pour l’adénome de la prostate (18,61/20), 7e pour la traumatologie du genou (17,63/20), 8e pour les prothèses de genou (17,63/20) et pour les amygdales et végétations (18,62/20), 9e pour le cancer de la prostate (17,74/20), 12e pour la chirurgie de la colonne vertébrale (17,44/20), 14e pour la chirurgie des carotides (16,37/20) et 15e pour les glandes salivaires (16,26/20)
La Polyclinique de Franche-Comté à Besançon est 4e pour la proctologie (19,08/20), 13e pour l’incontinence urinaire (17,61/20) et 15e pour les cancers gynécologiques (17,19/20). 
Quant au CH intercommunal de Belfort/Montbéliard, il est 2e pour l’appendicite (18,29/20) et pour la vésicule biliaire (18,12/20), 8e pour la chirurgie du colon et de l’intestin (18,03/20), 9e pour les amygdales et végétations (18,45/20), 12e pour la sclérose en plaques (17,54/20) et pour la chirurgie du ronflement (17,11/20), 13e pour les hernies de l’abdomen (17,82/20) et 15e (17,42/20) pour la cataracte.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.78
légère pluie
le 25/05 à 3h00
Vent
1 m/s
Pression
1016.05 hPa
Humidité
95 %

Sondage