Pas touche à l'Alsace !

Publié le 12/10/2014 - 10:29
Mis à jour le 12/10/2014 - 10:29

Ils étaient 7.000 personnes selon la police et "entre 10.000 et 20.000" selon les organisateurs à manifester sous le soleil ce samedi 11 octobre 2014 dans les rues de Strasbourg contre la réforme territoriale et le projet de fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne.

recemment_mis_a_jour12.jpg
Manifestation du 11 octobre 2014 ©lucas Basso Facebook touche pas à l'Alsace
PUBLICITÉ

Confiné sur une grande place au nord de la ville, la rassemblement, dans une forêt de drapeaux régionaux rouge et blanc, faisait figure de test grandeur nature pour la droite locale, UMP en tête, à l’origine de la manifestation avec les chambres consulaires régionales.

La participation a atteint 7.000 personnes maximum au plus fort de l’affluence vers 16h, selon la police. Révisant à la baisse une estimation trop optimiste de 30.000 personnes, le président de la région Philippe Richert (UMP) s’est lui réjoui d’une fréquentation « entre 10.000 et 20.000 personnes« , soit au-delà de son objectif d’en réunir 10.000.

 Pétition en ligne contre la fusion

Entre les groupes locaux aux noms bien alsaciens  «Bredelers», les «Kansas of Elsass» ou encore «Mister Bretzel» et dégustations de pommes et de bretzels, les élus ont ensuite pris la parole: « L’Alsace veut participer à son avenir et non se le voir imposé« , a dit notamment Philippe Richert, le président (UMP). Le maire de Mulhouse Jean Rottner (UMP), dont une pétition en ligne contre la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne a récolté quelque 55.000 signatures depuis cet été, a dénoncé pour sa part une « réforme du mépris » et regretté que le gouvernement « n’ouvre pas la porte du dialogue« .

De son côté la gauche alsacienne, qui continue de plaider pour une union avec la seule Lorraine, avait dénoncé une manifestation partisane et le risque d’alimenter le sentiment identitaire. Car la manifestation était aussi soutenue par le FN, le mouvement d’extrême droite « Alsace d’abord » et le parti régionaliste « Unser Land » (Notre pays).

« Alsaciens oui! Moutons non ! » ; « On ne mélange pas Riesling et Champagne », pouvait-on lire sur des affiches dans les rangs des manifestants

 Info + 

Les trois collectivités alsaciennes ont ressuscité le 22 septembre 2014  le projet d’un «conseil unique» d’Alsace, pourtant rejeté lors d’un référendum régional en 2013 en raison notamment d’une trop faible participation au scrutin. L’Alsace s’était résignée à l’idée de fusionner avec la Lorraine. Mais la proposition des députés le 23 juillet de rajouter la Champagne-Ardenne a incité la droite et le centre alsacien à s’opposer désormais à toute fusion.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.37
pluie modérée
le 21/10 à 0h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1011.25 hPa
Humidité
98 %

Sondage