Alerte Témoin

Plus de gouvernement pour la France !

Publié le 25/08/2014 - 10:05
Mis à jour le 25/08/2014 - 10:37

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement ce lundi 24 août 2014 à 9h30 après les déclarations fracassantes d'Arnaud Montebourg concernant la politique économique menée en France. François Hollande a accepté cette démission. Le nouveau gouvernement sera connu mardi 26 août. Arnaud Montebourg prendra la parole à 16h à Bercy. Le dernier gouvernement est le plus court de l'histoire de la République.

manuel_valls.jpg
©fondapol

Coup de théâtre

Manuel Valls disait s'attendre à une "rentrée difficile", il est servi. Les vacances gouvernementales à peine terminées, le weekend s'est achevé dans un climat de crise politique, François Hollande et son Premier ministre étant confrontés à une contestation interne.

Pendant trois jours, à gauche, les voix critiques à l'égard de la ligne défendue par François Hollande et Manuel Valls ont tenu le haut du pavé, éclipsant le voyage présidentiel dans l'Océan indien alors que le chef du gouvernement a gardé le silence. Jusqu'à dimanche soir, l'entourage de Manuel Valls déclarant qu'"une ligne jaune a été franchie" par Arnaud Montebourg.

Le combat mené par les "frondeurs" du PS a revêtu une nouvelle dimension avec les prises de position de l'ex-ministre EELV Cécile Duflot et plus encore de deux poids lourds du gouvernement, Arnaud Montebourg (Economie) et Benoît Hamon (Education nationale). Pendant ce temps, depuis Grenoble, Jean-Luc Mélenchon, bien que plus isolé que jamais, poursuivait ses diatribes contre le président François Hollande, "pire que Sarkozy" selon lui.

C'est l'ex-numéro un des écologistes qui a ouvert la danse dès jeudi. Traitant le chef de l'Eat de "président de personne" dans un livre au titre évocateur ("De l'intérieur. Voyage au pays de la désillusion, édition Fayard), qui sort en librairie lundi, elle a donné le ton des journées d'été de ses amis écologistes réunis à Pessac (Gironde), réclamant "une vraie politique de gauche".

Samedi, Arnaud Montebourg est entré dans le jeu, proposant dans un entretien au Monde ce qu'il appelle "une inflexion majeure" de la politique suivie. Partisan de "hausser le ton" à l'égard de l'Allemagne et de sa politique de rigueur, il a estimé qu'il y avait "toujours une alternative", prenant ainsi le contrepied du président de la République.

Dimanche, sur ses terres de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), l'enfant terrible du gouvernement s'est affiché au côté de Benoît Hamon, l'un des chefs de file de la gauche du PS. Les deux hommes ne sont "pas loin des frondeurs" du PS, a affirmé au Parisien M. Hamon. Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti les a encouragés, leur souhaitant une belle journée à Frangy, où le tandem a réitéré ses critiques.

Le contexte se prête à une telle offensive. La France a connu une croissance nulle au 1er semestre, l'Allemagne un recul au 2e trimestre (-0,2%), le Pacte de responsabilité est encore sans effet sur le niveau du chômage, tandis que la popularité de Manuel Valls chute de neuf points dans le baromètre Ifop (36% d'opinions favorables au lieu de 45% en juillet), celle de François Hollande restant au plus bas (17%).

Mais le Premier ministre est décidé à réaffirmer son autorité après les propos d'Arnaud Montebourg. "Un ministre de l'Economie ne peut pas s'exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire européen comme l'Allemagne. Donc le Premier ministre est décidé à agir", a affirmé l'entourage de Manuel Valls.

(Avec AFP)

Plus d'informations dans la journée...



Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

La voiture d’Eric Alauzet prise pour cible : les réactions

Le député La République en marche et candidat à l'élection municipale de Besançon Eric Alauzet, a été la cible d'un acte de vandalisme dans la nuit de vendredi 29 au samedi 30 mai 2020. De nombreuses réactions en soutien à l'élu ont été publiées sur les réseaux sociaux, notamment de la part de ses rivaux au second tour.

Le marcheur Collomb s’allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Le plan Ségur inclut « tout le monde », y compris les ambulanciers, selon Olivier Véran

"Tout le monde est inclus" dans le plan Ségur, y compris les ambulanciers, a assuré vendredi 29 mai 2020 le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, dans une réponse aux manifestations d'hospitaliers qui réclament depuis plusieurs semaines des hausses de salaires pour l'ensemble des quelque 100 professions du secteur.

« La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert, une décision majeure pour l’économie régionale » (M-G Dufay)

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.  Pour la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, "il s’agit d’une décision d’une importance majeure pour le territoire. Le classement en zone rouge de la Bourgogne-Franche-Comté depuis le 7 mai constituait un véritable handicap pour l’économie régionale et l’attractivité du territoire. Selon les données publiées par Santé Publique France, le gouvernement n’avait d'autres choix que de lever ces conditions restrictives, au risque d’installer durablement la situation d’une France à deux vitesses."

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Isabelle Guillame, la première femme élue maire à Ornans

Le conseil municipal d’installation s’est tenu lundi 25 mai à 19h au Centre d'Animation et de Loisirs d'Ornans. Isabelle Guillame a été élue maire d’Ornans avec 22 votes pour, 3 votes nuls et 2 votes blancs. La première femme élue maire d’Ornans a exprimé lors de son allocution une ambition collective "innovante, ancrée dans le quotidien, imaginative, inventive, apte à répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain [...]". Elle a également rappelé le rôle central de l’élu pour la vie locale et le bien-être des concitoyens.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.3
peu nuageux
le 01/06 à 18h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
52 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune