Plus de gouvernement pour la France !

Publié le 25/08/2014 - 10:05
Mis à jour le 25/08/2014 - 10:37

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement ce lundi 24 août 2014 à 9h30 après les déclarations fracassantes d'Arnaud Montebourg concernant la politique économique menée en France. François Hollande a accepté cette démission. Le nouveau gouvernement sera connu mardi 26 août. Arnaud Montebourg prendra la parole à 16h à Bercy. Le dernier gouvernement est le plus court de l'histoire de la République.

manuel_valls.jpg
©fondapol

Coup de théâtre

PUBLICITÉ

Manuel Valls disait s’attendre à une « rentrée difficile », il est servi. Les vacances gouvernementales à peine terminées, le weekend s’est achevé dans un climat de crise politique, François Hollande et son Premier ministre étant confrontés à une contestation interne.

Pendant trois jours, à gauche, les voix critiques à l’égard de la ligne défendue par François Hollande et Manuel Valls ont tenu le haut du pavé, éclipsant le voyage présidentiel dans l’Océan indien alors que le chef du gouvernement a gardé le silence. Jusqu’à dimanche soir, l’entourage de Manuel Valls déclarant qu' »une ligne jaune a été franchie » par Arnaud Montebourg.

Le combat mené par les « frondeurs » du PS a revêtu une nouvelle dimension avec les prises de position de l’ex-ministre EELV Cécile Duflot et plus encore de deux poids lourds du gouvernement, Arnaud Montebourg (Economie) et Benoît Hamon (Education nationale). Pendant ce temps, depuis Grenoble, Jean-Luc Mélenchon, bien que plus isolé que jamais, poursuivait ses diatribes contre le président François Hollande, « pire que Sarkozy » selon lui.

C’est l’ex-numéro un des écologistes qui a ouvert la danse dès jeudi. Traitant le chef de l’Eat de « président de personne » dans un livre au titre évocateur (« De l’intérieur. Voyage au pays de la désillusion, édition Fayard), qui sort en librairie lundi, elle a donné le ton des journées d’été de ses amis écologistes réunis à Pessac (Gironde), réclamant « une vraie politique de gauche ».

Samedi, Arnaud Montebourg est entré dans le jeu, proposant dans un entretien au Monde ce qu’il appelle « une inflexion majeure » de la politique suivie. Partisan de « hausser le ton » à l’égard de l’Allemagne et de sa politique de rigueur, il a estimé qu’il y avait « toujours une alternative », prenant ainsi le contrepied du président de la République.

Dimanche, sur ses terres de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), l’enfant terrible du gouvernement s’est affiché au côté de Benoît Hamon, l’un des chefs de file de la gauche du PS. Les deux hommes ne sont « pas loin des frondeurs » du PS, a affirmé au Parisien M. Hamon. Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti les a encouragés, leur souhaitant une belle journée à Frangy, où le tandem a réitéré ses critiques.

Le contexte se prête à une telle offensive. La France a connu une croissance nulle au 1er semestre, l’Allemagne un recul au 2e trimestre (-0,2%), le Pacte de responsabilité est encore sans effet sur le niveau du chômage, tandis que la popularité de Manuel Valls chute de neuf points dans le baromètre Ifop (36% d’opinions favorables au lieu de 45% en juillet), celle de François Hollande restant au plus bas (17%).

Mais le Premier ministre est décidé à réaffirmer son autorité après les propos d’Arnaud Montebourg. « Un ministre de l’Economie ne peut pas s’exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire européen comme l’Allemagne. Donc le Premier ministre est décidé à agir », a affirmé l’entourage de Manuel Valls.

(Avec AFP)

Plus d’informations dans la journée…



Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.94
ciel dégagé
le 26/08 à 6h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1019.06 hPa
Humidité
77 %

Sondage