Alerte Témoin

Prise d’otages de Planoise : l'auteur devant la justice

Publié le 06/12/2012 - 14:38
Mis à jour le 06/12/2012 - 14:38

Le jeune homme de 19 ans, qui avait pris en otage en 2010 les élèves d’une classe de l’école maternelle Charles-Fourier à Besançon, a comparu ce jeudi 6 décembre 2012 devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de la ville, qui doit notamment dire s'il était pleinement responsable de ses actes et peut être jugé.

Responsabilité ?

Le jeune homme comparaît à huis clos. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon doit statuer sur sa responsabilité.

Le 13 décembre 2010, l'adolescent alors âgé de 17 ans s’était introduit dans l'école maternelle Charles-Fourier de Besançon armé de deux sabres et avait pris en otage 21 enfants et leur institutrice, pendant quatre heures. Pendant la séquestration, qui s'était terminée sans effusion de sang, ni blessés, le jeune homme scolarisé à Besançon avait demandé une arme pour mettre fin à ses jours.

Au cours de l’instruction, il a été déclaré irresponsable par deux collèges d’experts, qui ne l'estiment plus dangereux.

La comparution devant la chambre de l'instruction est une procédure récente été mise en place en 2008 pour que les victimes aient droit à une forme de procès en cas d’abolition du discernement constaté par les experts.

Une quinzaine de familles d’élèves, ainsi que l'institutrice, se sont portées parties civiles.

Après la prise d’otages, le jeune homme avait été hospitalisé d’office pendant un mois avait d’être mis en examen pour "séquestration aggravée avec libération volontaire avant le septième jour" et "intrusion dans un établissement scolaire avec arme".

Le preneur d'otage avait été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire avec obligation de soins, interdiction de contacter les victimes et de se rendre sur le lieu de la prise d'otages. Il avait pu poursuivre sa scolarité normalement.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     11.54
    nuageux
    le 04/08 à 3h00
    Vent
    1.08 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage