Quand les cheminées cachent des antennes pour la téléphonie mobile…

Publié le 27/06/2008 - 16:38
Mis à jour le 27/06/2008 - 16:38

A Besançon, de fausses cheminées et un dôme abritent des antennes relais

PUBLICITÉ

Certains ont pu le remarquer, il y a quelques mois déjà, un camion grue installait deux antennes relais sur le toit du Conseil Général. Surprise, le lendemain les antennes n’étaient plus là et des cheminées avaient pris leurs places !

A l’heure où la polémique concernant l’impact des ondes de toutes sortes sur le corps humain n’est pas éteinte, l’affaire ne fait pas grand bruit. A en croire les pouvoirs publics, qui délivrent les autorisations, et les opérateurs de téléphonie qui les installent, "ces camouflages" sont justifiés par l’intégration paysagère des antennes-relais. Sachez-le, dorénavant la quasi-totalité des nouvelles antennes sera camouflée.

Il est certain que cheminées ou clochers sont plus harmonieux dans le paysage urbain que des antennes disgracieuses, mais le fait de les cacher ainsi soulève la question de l’information au citoyen qui n'est avisé  que par un permis de construire, souvent peu visible. Pour l'installation des antennes, seule la signature du propriétaire du bâtiment est requise.

A Besançon, les toits du Conseil Général et de la faculté de médecine abritent ces étranges cheminées et si vous levez la tête rue des Granges, vous remarquerez que le le dôme de l’ancien cinéma Plazza est coiffé d'un lanternon qui abrite également une antenne relais pour pouvoir téléphoner dans la rue …sans coupure.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 9.44
ciel dégagé
le 19/04 à 0h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023.351 hPa
Humidité
86 %

Sondage