Avenir de Saint-Jacques : Pascal Bonnet (UMP) interpelle le maire de Besançon

Publié le 22/10/2012 - 19:06
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:28

Alors que pratiquement tous les services sont "montés" à l’hôpital Jean Minjoz à Besançon, le conseiller municipal UMP Pascal Bonnet relance le débat sur l’avenir du site de Saint-Jacques, estimant : "pour des raisons morales : on ne fait pas n’importe quoi après un hôpital : lieu de vie, de souffrance et de mort ; pour des raisons d’urbanisme : le site est stratégique".

saint_jacques_pb_2.jpg
© miss dom

Un site stratégique

PUBLICITÉ

 

Le communiqué de presse de Pascal Bonnet, conseiller municipal UMP de Besançon :

« Le départ récent de nombreux services même si le site n’est pas encore vide, pose plus que jamais la question de  l’avenir de Saint-Jacques comme la presse s’en est fait l’écho. C’est un enjeu majeur pour Besançon, enjeu indiscutable du prochain mandat. Pour des raisons morales : on ne fait pas n’importe quoi après un hôpital : lieu de vie, de souffrance et de mort ; pour des raisons d’urbanisme : le site est stratégique.

Déjà à deux reprises : à la fin du premier  mandat de Jean-Louis Fousseret puis fin 2008, j’ai dans les pages de BVV, fait des propositions. Je regrette que sous le prétexte qu’un travail se fait entre Ville et CHU sur la question, il n’y ait jamais eu de débat sur ce sujet au conseil municipal. Et au-delà du site Saint-Jacques, je renouvelle ma demande de permettre aux élus municipaux ce débat plus large d’urbanisme urgent que la situation impose.

Il y a pour moi, deux exigences : une exigence d’image, de qualité et une exigence d’usage, de fonction.

Image : tant de la partie historique monument classé à préserver que de l’entrée de Boucle côté Canot qui, elle, devrait justifier un geste architectural fort.

Usage, trois grands thèmes : citoyen et associatif, culturel et social.

Le secteur Orme de Chamars, disparate, peut répondre à plusieurs besoins : hébergement pour retraités que souhaitent les hospitaliers, services sanitaires et sociaux de proximité… Ensuite de la partie historique au secteur Canot, peuvent se décliner : des lieux de réunions pour collectivités, citoyens, sociétés savantes, associations, voire de congrès, la nouvelle bibliothèque dont Besançon a besoin – une étude est en cours -, l’auditorium qui manque à la Ville…

Alors, M. le Maire, on en parle ?« 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.86
légère pluie
le 20/05 à 6h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1007.96 hPa
Humidité
99 %

Sondage