Alerte Témoin

Rousseau au Festival de musiques anciennes de Besançon-Montfaucon

Publié le 13/04/2012 - 08:13
Mis à jour le 13/04/2012 - 11:40

Du 22 au 27 mai, se déroulera le 7e Festival de musiques anciennes de Besançon/Montfaucon. Ce millésime 2012 se place sous le signe des cinq éléments : l’air, l’eau, la terre, le feu et l’éther. Tricentenaire de sa naissance oblige, une journée sera en outre dédiée à Jean-Jacques Rousseau.

festival_musiques_anciennes_2012.jpg
Arthur Schoonderwoerd, directeur artistique du Festival de musiques anciennes Besançon/Montfaucon ©miss dom

Concerts, conférences, expos…

PUBLICITÉ

Pas moins de 73 musiciens, chanteurs, comédiens, musicologues, historiens de l’art et personnalités sont attendus pour la 7e édition du Festival de musiques anciennes de Besançon/Montfaucon. « La cinquantaine de musiciens et chanteurs invités viennent d’une quinzaine de pays : France bien sûr, mais aussi Australie, Norvège, Russie, Pays-Bas, Belgique, Italie…, indique Arthur Schoonderwoerd, son directeur artistique. Cet échange entre ces musiciens étrangers et les musiciens français, ainsi qu’avec les bénévoles du festival, est très intéressant. »

Un festival laboratoire

Parmi eux, on  peut citer quelques grands noms des musiques anciennes tels le chef d’orchestre, pianiste, claveciniste Jos van Immerseel, pionnier des claviers anciens, qui se produira lors du concert d’ouverture dans la chapelle du Saint Suaire de la cathédrale Saint Jean à Besançon, le violoncelliste Bruno Cocset et le violoniste italien Ricardo Minasi. Arthur Schoonderwoerd met aussi l’accent sur la présence de l’ensemble Capella Pratensis qui chante comme on le faisait aux XVe/XVIe siècles, de l’ensemble Capilla Flamenca, des dix chanteurs de Hartkeriana spécialisés dans le Grégorien, ou encore de l’ensemble Cristofori qui clôture le festival avec des valses de Johann Strauss fils.

« Notre festival est une sorte de laboratoire, souligne Arthur Schoonderwoerd. Nous pensons d’abord au programme. Nous essayons de trouver des musiques qui ont un lien avec le patrimoine culturel et architectural de la Franche-Comté et, ensuite, des musiciens qui vont bien avec cette musique. Nous travaillons sur les rapports entre la musique et l’histoire de la Franche-Comté, qui a été une partie de l’Allemagne, puis des Pays-Bas, avant de devenir une partie de la France et aujourd’hui de l’Europe, avec des périodes tourmentées de guerres. » 

Quand l'univers influait sur la musique

Hormis une journée hommage à Jean-Jacques Rousseau le 25 mai, la programmation se décline autour des cinq éléments qui d'après les philosophes grecs régissaient l’univers :  l’air, l’eau, la terre, le feu et l’éther (ou la quintessence). Arthur Schoonderwoerd explique : « Selon ces philosophes, chacun des cinq éléments présents sous forme de sphères autour de la terre, centre de l’univers, assurait une fonction propre participant à l’harmonie naturelle : se trouvaient au-dessus de la terre, l’air, l’eau, le feu et l’éther. Le premium mobile, moteur de l’univers ou « force divine », se trouvait au-dessus du feu. Au sein des sphères eau et feu se trouvaient les sept planètes observables : la Lune, le Soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Quel rapport avec la musique ? Celui de l’harmonie. La distance séparant la Lune, la Terre et les autres planètes, a permis de construire la gamme musicale et de calculer rapports d’intervalles et harmonies. L’image du monde d’Aristote s’est diffusée en Europe au début du Moyen-Age via le monde arabe et a généralement été admise jusqu’à une période avancée du XVIème siècle. Durant cette période, la musique n’était pas seulement un art mais aussi une science mathématique. Les cinq éléments ont continué après le XVIème siècle de préoccuper le monde ; sans eux, la musique occidentale que l’on connaît et que l’on aime n’aurait jamais vu le jour. »

Dans 22 lieux

Cette année, les concerts, rencontres de musiciens, conférences, visites guidées, expositions investissent 22 lieux à Montfaucon (où est né ce festival) et Besançon, mais aussi dans les communes d’Avanne-Aveney, Vuillafans, Flagey et Fertans. 

A noter un concert enfant « La belle et la bête », un autre à concilier avec une activité sportive (vélo et/ou canoë), un stage de chant grégorien, une master class au Conservatoire et quelques concerts gratuits, l’équipe du festival étant très attachée à la vulgarisation des musiques anciennes et à son accès au plus grand nombre.

Tout le programme du Festival de musiques anciennes et les renseignements pratiques : dans notre agenda ICI

 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Art en grève : « Sans un vrai statut, plus de statue… »

Les créateurs se sentent délaissés par les pouvoirs publics. Pour se faire entendre, un groupe du collectif Art en Grève Besançon a décidé dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 février 2020 de "mettre en grève" une douzaine de statues du centre-ville de Besançon en leur plaçant un sac sur la tête...

Belfort : le Fimu lance un appel aux hébergeurs !

Le Festival international de musiques universitaires se déroulera du 28 mai au 1er juin 2020. Chaque année, il accueille entre 1200 et 1400 musiciens venus de près de 40 pays différents. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à souhaiter être hébergés chez des habitants belfortains pour vivre pleinement l’expérience du festival.

Municipale 2020 : Anne Vignot et sa liste « Besançon par nature » présentent leur programme culturel

La liste "Besançon par nature", conduite par Anne Vignot, a dévoilé jeudi 13 février ses propositions pour le secteur de la culture à Besançon dans le cadre de sa campagne pour l'élection municipale.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.21
nuageux
le 22/02 à 0h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
72 %

Sondage