Sarkozy à Belfort : "Il y a la possibilité de l’alternance..."

Publié le 13/03/2015 - 11:07
Mis à jour le 13/03/2015 - 11:17

Après une visite jeudi à Fessenheim où il a accusé François Hollande de vouloir fermer la centrale nucléaire pour une "combine politique" avec les écologistes, le président de l’UMP était à la maison du peuple de Belfort le soir même dans le cadre de la campagne des élections départementales.  Nicolas Sarkozy  a appelé les électeurs à "refuser la politique actuelle", notamment "l’explosion" des impôts, à "dire leur colère" et à choisir "l’alternance", en votant pour les candidats UMP aux élections départementales.

départementales 2015

PUBLICITÉ

Entourés des élus UMP de la région, Nicolas Sarkozy, a galvanisé la maison du peuple qui était pleine à craquer ce jeudi 12 mars 2015 en début de soirée à Belfort après avoir rencontré les candidats à la mairie de Belfort dirigé par le député-maire UMP Damien Meslot.

Près de 1.000 personnes se sont rendues au meeting. Une centaine, qui n’ont pas pu entrer, ont suivi les discours depuis le hall d’accueil. Il a enjoint les électeurs à voter pour manifester leur mécontentement. « Il y a deux messages : d’abord ceux qui refusent la politique actuelle, tous ceux qui ont une raison de contester ce qui se passe depuis trois ans, tous ceux qui ont envie de dire leur colère peuvent voter », a-t-il dit.

« Deuxièmement pour nos départements, avec l’explosion des impôts locaux, nos candidats ont pris des engagements quant à la réduction des dépenses, du nombre de fonctionnaires, qui vont permettre d’éviter l’explosion des impôts locaux », a-t-il assuré.

 Sarkozy : « Le Premier ministre nous a dit qu’il avait peur. C’est pas rassurant » 

« Il y a la possibilité de l’alternance, elle s’exprime à travers les candidats de l’UMP », a affirmé l’ex-président de la République qui a sévèrement attaqué Manuel Valls.« Je ne sais pas ce qu’a le Premier ministre, tous les jours il nous en sort une », a-t-il lancé, évoquant notamment l’utilisation du mot « apartheid » par Manuel Valls pour évoquer l’enfermement des banlieues françaises. « On s’est demandé s’il avait un peu de bon sens encore », a-t-il dit.« Quand je dis qu’il s’énerve un petit peu, c’est très en dessous de ma pensée », a ironisé M. Sarkozy.

 « Le Premier ministre nous a dit qu’il avait peur. C’est pas rassurant. Imaginez que nous sommes dans un bateau, il y a un capitaine, et que le capitaine dit à l’ensemble des passagers que nous sommes (…) qu’il a peur. S’il a peur il a peur de quoi ? Nous, ce qu’on craint c’est sa politique », a tranché Nicolas Sarkozy.

« On ne demande pas au Premier ministre d’avoir peur, on lui demande de prendre des décisions en matière de sécurité, en matière économique pour faire reculer le chômage, sur l’ensemble des problèmes de la France », a-t-il poursuivi.

Déplorant les « 40 milliards de hausses d’impôt de plus sur les trois dernières années », le président de l’UMP a conclu qu’avec la politique actuelle, c’était « la crise de la France qui risqu(ait) de s’abattre sur l’Europe ».

Fermeture de Fessenheim : « une combine politique »

 Avant son meeting à Belfort, le président de l’UMP était à Fessenheim. Début mars, François Hollande a réaffirmé début mars que la centrale nucléaire fermerait « à l’horizon de la fin du quinquennat », alors que les doutes sur sa fermeture s’intensifient après le report à 2017 par EDF du démarrage de l’EPR de Flamanville (Manche), un réacteur de nouvelle génération.

Nicolas Sarkozy a accusé jeudi François Hollande de vouloir fermer la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) uniquement pour de la « combine politique », afin de satisfaire les écologistes.

L’Autorité de sûreté nucléaire « a confirmé que cette centrale pouvait encore fonctionner au moins pendant dix ans », a dit l’ancien chef de l’État devant des journalistes, après avoir rencontré sur place des élus locaux ainsi que des employés et des syndicats de la centrale alsacienne. Installée en bordure du Grand Canal d’Alsace, Fessenheim est la doyenne des centrales nucléaires françaises. Elle est dotée de deux réacteurs de 900 mégawatts chacun.

François Hollande veut la fermer « uniquement parce qu’il veut mendier quelques voix à des écologistes engagés dans un combat politicien », a-t-il dit, jugeant qu’il y avait « 2.200 emplois ici sacrifiés sur l’autel de la combine politique ».

Le démantèlement de la centrale coûterait « entre 5 et 8 milliards », a-t-il ajouté. « Est-ce qu’on a vraiment cet argent » en France « pour fermer une centrale nucléaire qui rapporte 400 millions d’euros par an », a-t-il demandé, proposant de consacrer ces bénéfices au développement des énergies renouvelables.

« Je peux vous dire qu’à neuf jours des élections départementales, toutes les familles ici ont bien compris le message », a lancé le président de l’UMP

Lors de sa rencontre avec plusieurs dizaines d’élus et d’employés de la centrale, M. Sarkozy a multiplié les charges contre le chef de l’État et son Premier ministre, « en panique parce que le sol se dérobe sous leurs pieds (…) Je me demande où ils vont trouver l’argent pour démanteler Fessenheim en deux ans. Déjà pour passer leur loi Macron, il faut faire le 49-3, ils ont besoin d’une lance à incendie pour éteindre un mégot de cigarette », a-t-il ironisé. « Je n’ai pas l’intention de me taire et de laisser sacrifier Fessenheim sur l’autel de la reconstitution de la majorité plurielle », a-t-il dit devant une salle conquise.

« À la place où je suis, quelle qu’elle soit, dans deux ans, je dis à tous les employés de Fessenheim, je dis à tous les élus: +On ne touchera pas à Fessenheim+ », s’est-il engagé devant son auditoire.

(Avec AFP)

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.45
couvert
le 22/07 à 15h00
Vent
3.15 m/s
Pression
1022.61 hPa
Humidité
40 %

Sondage