Soixante demandeurs d'asile de Calais vont être accueillis en Côte-d'Or

Publié le 14/01/2015 - 16:12
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:48

Une soixantaine de demandeurs d'asile venant de Calais vont être accueillis à partir de février dans une ancienne caserne de gendarmerie à Pouilly-en-Auxois (Côte-d'Or), a annoncé mercredi 14 janvier 2015 la sous préfète de Beaune, Anne Frackowiak-Jacobs.

PUBLICITÉ

« Il s’agit d’une opération ponctuelle de désengorgement de Calais », a déclaré lors d’une conférence de presse Mme Frackowiak-Jacobs, en précisant que « sept ou huit autres résidences sont en projet en France »

A Pouilly-en-Auxois, une ancienne caserne de gendarmerie, qui compte vingt logements, accueillera à partir de février « soixante personnes maximum, essentiellement des Erythréens et des Soudanais », a poursuivi la sous-préfète. « Il s’agit de demandeurs d’asile, en situation régulière, qui ont déposé un dossier à l’OFPRA et qui sont en attente de réponse », a-t-elle dit. La structure sera gérée par Adoma, qui dispose d’un bail de 18 mois et qui accompagnera ces demandeurs d’asile grâce à une équipe de quatre personnes.

Porte fracturée et feu de poubelle

Dans la nuit de lundi à mardi, une porte du bâtiment a été fracturée et le feu a été mis à une poubelle, sans provoquer de dégâts, tandis que l’arrivée de ces migrants n’avait pas encore été officialisée. La sous-préfète a dit « condamner » ces faits, assurant que la présence de la gendarmerie sera accrue durant « les six premières semaines ». Le directeur de l’Etablissement Nord-Est d’Adoma, Gilles Furno a trouvé « dommage qu’on puisse avoir une image négative ».

Le maire (SE) de cette commune d’environ 1.600 habitants, Bernard Milloir, a dit vouloir « apaiser » : « quand on voit que c’est une structure encadrée, il y a toute latitude pour que ça se passe bien ». « On entend beaucoup ceux qui sont contre mais d’autres personnes ont proposé, par exemple, de donner des cours de langue », a-t-il ajouté.

Environ 2.300 migrants, principalement Soudanais, Erythréens et Syriens, vivent dans des tentes à Calais où certains essaient de passer en Grande-Bretagne. L’ouverture à Calais d’un centre d’accueil de jour, avec notamment des douches et des toilettes, est prévue pour le mois d’avril.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.09
légère pluie
le 17/10 à 21h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1015.08 hPa
Humidité
95 %

Sondage